Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 13:52

En 5 ans, les 4-B ont perdu la moitié de leurs boutiques

 Les responsables d'ING, propriétaires des 4-B, se montrent plutôt volontaires dans l'adversité, même si le nombre de boutiques dans le centre n'a jamais été aussi bas.Les responsables d'ING, propriétaires des 4-B, se montrent plutôt volontaires dans l'adversité, même si le nombre de boutiques dans le centre n'a jamais été aussi bas.

| ON EN PARLE |

Quelques jours avant les cinq ans du centre commercial des 4-B, nous avons rencontré deux représentants d'ING, la société propriétaire. Lucides sur la situation des 4-B, Frédéric Mougin et Martyn Hop sont aussi animés d'une indéniable volonté de le sortir de la crise.

 

PAR PATRICIA NOËL

calais@lavoixdunord.fr PHOTOS JEAN-PIERRE BRUNET

Aujourd'hui, après 5 ans d'ouverture, la moitié du centre est vide. À quoi imputez-vous cette crise ?

«  En effet, nous avons 50 % de vacance en nombre de boutiques, et 30 % en surfaces. Mais il faut replacer tout ça dans un contexte général : quand on fait le tour de tous les centres à la périphérie, on se rend compte qu'on n'est pas les seuls à être victimes de ce problème. Le centre-ville est touché aussi. Mais on ne peut pas se dissocier : on ne peut pas aller bien si le centre-ville ne va pas bien et l'inverse est vrai aussi ».

Ce n'est pas la seule raison de cette catastrophe ?

«  Il y a un autre gros problème dans le Calaisis, c'est le nombre de surfaces commerciales par rapport à la zone de chalandise. Aujourd'hui, je pense qu'il faut être clair : il faut arrêter de développer les surfaces commerciales à la périphérie, il faut faire un moratoire. Il y a un autre point qui est préoccupant : Calais n'a pas l'image qu'elle mérite ».

C'est-à-dire ?

«  C'est clair : quand on parle de Calais à une enseigne, il y a tout de suite un recul, voire une fuite. C'est injuste parce que la ville a des projets. Mais c'est un fait, il faut en tenir compte. De beaux projets existent. Il y a aussi un gros problème de visibilité et d'accessibilité. Si on met cinq minutes pour aller à Cité Europe mais vingt minutes pour arriver dans le centre-ville de Calais, il y a peut-être un souci. Le centre-ville n'est pas clairement identifié ici, il faudrait définir des axes rouges pour entrer dans la ville. Vous remarquerez que quand on arrive à Calais, il y a bien un panneau qui indique « Calais centre » mais aucun qui oriente clairement vers le « centre-ville ».

Vous avez des contacts avec la ville ?

 « Bien sûr. Le maire a de bonnes idées, de la volonté et même de la ténacité. Nous, nous apportons notre professionnalisme et nos expériences passées. Mais je crois que nous avons besoin d'états généraux du commerce pour y voir plus clair et pour aller au-delà du simple constat. Il ne faut pas nous mettre en concurrence avec Cité Europe. Eux c'est Disneyland, nous c'est l'épicerie du coin. Le commerce de proximité doit faire sa promotion, après, il se trouvera toujours des gens pour préférer se masser dans les grands centres commerciaux de périphérie. En tout cas, les choses vont prendre du temps, beaucoup de temps. Il faut faire revenir des habitants en centre-ville, des familles. Nous, nous ne sommes qu'un maillon de la chaîne. » Les commerçants qui sont partis massivement en 2008-2009 ont pointé du doigt le niveau exorbitant des loyers ?

« Nous n'étions pas là en 2006, au moment des discussions sur les loyers. Les enseignes en question ne sont pas parties pour ça si leur chiffre d'affaires avait été bon, personne ne se serait plaint des loyers. Nous, nous avons revu le niveau mais on ne peut pas réduire éternellement le montant des loyers ».

Quelles sont vos pistes de travail pour les mois et les années à venir ?

« D'abord, faire revivre le centre-ville de Calais, ça ne se fera pas en deux ans. Notre politique est de revenir aux fondamentaux et de relancer les commerçants locaux qui sont de bons commerçants. Nous attendons, en avril, l'ouverture d'une sandwicherie qui fera du snack, sur une surface importante (250 m²), à côté du restaurant japonais, qui marche bien d'ailleurs. Nous avons aussi des contacts avec un coiffeur. En fait, nous aimerions développer les services dans ce centre ».

Cinq ans après l'ouverture, on critique beaucoup l'aménagement du centre. Avez-vous des projets de travaux ?

« C'est un peu une soucoupe volante, ce centre, il n'est pas très urbain, c'est un beau bâtiment mais sa conception pose problème. Il aurait dû être aligné sur le reste, ce n'est pas le cas, il manque d'ouvertures sur l'extérieur aussi »

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article

commentaires