Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 14:13

 

Clearstream-Michele-Alliot-Marie pics 500

 

LeMonde.fr affirme ce vendredi 25 février que Nicolas Sarkozy se séparera de sa ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie "d'ici lundi". "Ce sera ce week-end ou lundi, avant la rentrée parlementaire. Les sondages sont terribles, c’est la preuve que c’est elle le problème. Elle sera remplacée par Alain Juppé", affirme au site internet un membre du gouvernement.

"Si elle part, je pars.", confie au JDD.fr Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot-Marie et ministre chargé des relations avec le parlement.

 

 

Un peu plus tôt, sur France Info, la chef de la diplomatie française,Michèle Alliot-Marie, très critiquée depuis janvier et les révélations sur son voyage tunisien, a une fois de plus tenté de se défendre face aux rumeurs sur son départ prochain du gouvernement.

Interrogée pour savoir si elle avait proposé sa démission, si elle allait quitter le gouvernement, la ministre a répondu: "ma devise c'est bien faire et laisser dire". "Depuis des semaines, il y a des polémiques, des rumeurs, des attaques et ceci est très désagréable et encore plus quand sa famille est visée. Mais je m'en suis expliquée", a-t-elle ajouté.

"Moi aujourd'hui je travaille"

 

"Il n'y a eu aucune action illégale, fautive" et "moi aujourd'hui je travaille", a-t-elle souligné, en précisant qu'elle quittait Paris dans la matinée pour le Koweït pour une visite jusqu'à dimanche. "Les rumeurs ne m'intéressent pas. Je suis dans mon travail au Quai d'Orsay (...) et c'est ma responsabilité de tenir la maison et d'améliorer la situation", a-t-elle insisté.

Elle a aussi indiqué qu'elle serait lundi à Genève pour une réunion du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu. Michèle Alliot-Mariedoit dans ce cadre rencontrer son homologue américaine, Hillary Clinton.

"Michèle Alliot-Marie est au travail, ce matin elle s'envole pour le Koweit", a surenchéri Xavier Bertrand sur RTL. "J'ai eu l'occasion d'avoir Michèle Alliot-Marie au téléphone hier (jeudi). Aujourd'hui, sa priorité, son actualité, c'est son déplacement au Koweit", de vendredi à dimanche, a-t-il ajouté. Les Français "attendent des ministres qu'ils soient concentrés sur leur sujet" et "de façon très simple (ils) disent: quand il y a des problèmes, vous, les politiques, apportez des solutions", a aussi assuré le ministre.

La chef de la diplomatie française est très critiquée depuis des vacances passées fin 2010 en Tunisie alors que la révolte y avait commencé, pour avoir proposé ensuite une coopération policière au régime de Ben Ali, puis pour des explications floues sur ses relations avec un hommes d'affaires tunisien.

 

"Le problème de la politique étrangère"

 

Michèle Alliot-Marie n'a pas fait partie ces derniers jours de la première délégation ministérielle française à aller en Tunisie depuis la chute du président tunisien le 14 janvier. Ce sont la ministre de l'Economie,Christine Lagarde, et son collègue des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, qui ont pris contact avec les nouvelles autorités. C'est également Laurent Wauquiez qui a fait mercredi matin pour la presse, dans la cour de l'Elysée, à l'issue du conseil des ministres, une explication de texte sur une déclaration du chef de l'Etat à propos de la crise libyenne, en l'absence de la ministre des Affaires étrangères.

Les soutiens se font plutôt timides au sein de la majorité. Le patron de l'UMP,  Jean-François Copé, interrogé sur l'éventuel départ de Michèle Alliot-Marie a refusé de se prononcer et a renvoyé la balle dans le camps du premier ministre et du chef de l'Etat. Ces derniers jours, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin ou encore le député UMP Bernard Debré se sont prononcés pour un remaniement gouvernementale, notamment pour régler "le problème de la politique étrangère" a précisé le second. 

Bernard Debré a réitéré ce vendredi sa demande d'un remaniement "rapide" du gouvernement, estimant que Michèle Alliot-Marie devait "bien entendu" quitter le ministère des Affaires étrangères après "ses petits arrangements entre amis" en Tunisie.

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Economie
commenter cet article

commentaires