Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 19:17

Des gouvernements ADMETTENT réaliser des opérations terroristes sous « fausse bannière ».

Le terme français a beau être peu usité, les opérations sous "fausse bannière" ou "False Flag operations" en anglais sont un élément incontournable de l’histoire de notre civilisation. En voici une liste non-exhaustive dressée par l’une des plumes états-uniennes anonymes du Washington’s Blog en février dernier. L’auteur ne cite que quelques-unes des affaires les plus connues et avérées, mais la liste pourrait s’allonger considérablement si l’on prenait en compte les actes de terrorisme ayant par la suite fait l’objet d’une dissimulation généralisée de la part des autorités politiques ou judiciaires concernées, ou d’une mauvaise volonté patente de la part des enquêteurs. 

"Ces ridicules théories du complot sont juste
un écran de fumée pour cacher l’incroyable vérité"
 

A propos de "False flags" nous ne pouvons que recommander à nos lecteurs le livre de l’historien suisse Daniele Ganser "Les Armées secrètes de l’OTAN", qui regorge d’exemples contemporains de manipulation de l’opinion publique européenne au moyen d’attentats et d’opérations sous fausse bannière.(*)

 


 

Des gouvernements ADMETTENT réaliser des opérations terroristes sous « fausse bannière ».

paru sur le WashingtonsBlog le 5 fév 2010

Traduction Martin pour ReOpenNews

 

Oubliez les affirmations selon lesquelles le terrorisme sous fausse bannière – gouvernements terrorisant les gens en attribuant leurs actes à d’autres pour que l’opinion publique se retourne contre ces derniers – n’a pas été utilisé largement à travers l’histoire.

Cet article se limite à  ne discuter que des cas dans lesquels des gouvernements ont reconnu avoir eu recours à cette méthode :  la terreur sous « fausse bannière ».

Quelques exemples :

  • Un major SS a admis au procès de Nuremberg [incident de Gleiwitz] que la Gestapo a fait procéder à des attaques contre des citoyens et des intérêts allemands et en ont attribué la paternité a des soldats Polonais, pour justifier l’agression et l’invasion de la Pologne. Le général nazi Franz Halder a également témoigné au procès de Nuremberg que le dirigeant Hermann Goering avait reconnu admis avoir fait mettre le feu au parlement allemand [l'incendie du Reichstag] pour faire accuser les communistes de cet incendie criminel.
  • La CIA [NY-library] a admis avoir embauché des Iraniens dans les années 1950 pour qu’ils se fassent passer pour des communistes et qu’ils organisent des attentats à la bombe, en Iran, afin de dresser le pays contre son Premier ministre démocratiquement élu (M. Mossadegh ndlt).
  • Israël (ynetnews] a admis que les membres d’une cellule terroriste israëlienne en Egypte avaient posé des bombes dans plusieurs bâtiments, y compris des installations diplomatiques américaines, en laissant derrière eux des «preuves» impliquant les Arabes  (l’une des bombes a explosé prématurément, ce qui a permis aux Egyptiens d’identifier les terroristes, par ailleurs, plusieurs Israéliens ont confessé plus tard avoir participé à cette action) (voir [SEHR] et [Jewishvirtuallibrary])
  • L’ancien Premier ministre italien, un juge italien, et l’ancien chef du contre-espionnage italien  [Guardian26/03/2001] ont admis que l’OTAN, avec l’aide du Pentagone et la CIA, avaient mené des attentats terroristes en Italie et dans d’autres pays européens dans les années 1950 (1960-70?? ndlt) pour faire accuser les communistes, et rallier les gens à la cause de l’ anticommunisme [Wikipedia_strategyoftension]. Un participant à ce programme secret a déclaré: «Il fallait attaquer les civils, les gens, les femmes, les enfants, des personnes innocentes, des personnes inconnues éloignées de tout jeu politique. La raison en était simple, il s’agissait d’inciter les gens,.. le public italien, à se tourner vers l’État pour exiger une plus grande sécurité "(voir [Nato's Secret Armies: Operation Gladio and Terrorism in Western Europe] et [NATO’s secret armies linked to terrorism?]) (l’Italie et d’autres pays européens soumis à cette campagne de terreur avaient adhéré à l’OTAN auparavant, dès 1950 (ndlt))
  • Comme a dû l’admettre le gouvernement des États-Unis, des documents récemment déclassifiés montrent que dans les années 1960, des chefs d’état-major américains ont projeté de faire exploser des avions américains (en utilisant un plan élaboré comportant l’échange d’avions), et de commettre des actes terroristes sur le sol américain, pour en rejeter le blâme sur de Cuba et justifier ainsi une invasion de l’île. Voir le bulletin de nouvelles de la chaîne ABC [ABCnews01/05/2001], les documents officiels du projet Northwood [projet Northwood], et regarder cette interview [James Bamford, "A Pretext For War"] d’un ancien investigateur pour l’émission « ce soir ABC’s World Nouvelles » de Peter Jennings. Des documents officiel du Département d’Etat montrent que – seulement neuf mois auparavant – la direction de l’état-major interarmées et d’autres fonctionnaires de haut niveau ont envisagé [washingtonblog] (c’est une auto référence, la vraie serait PV du Dpt d’Etat 3/06/1961) de faire sauter un consulat de la République dominicaine pour justifier une invasion de ce pays. (Bien que les chefs de l’état-major aient soutenu très activement l’opération Northwood, l’opinion d’esprits plus pondérés a heureusement prévalu; le président Kennedy ou son secrétaire à la Défense Robert McNamara ont apparemment opposé un veto au plan)
  • En Afrique du Sud, le Conseil de l’organisation Vérité et Réconciliation Conseil a pu constater [PV Comision Justice et Réconciliation] qu’en 1989, le Bureau de la coopération civile (une branche secrète de la Force de défense sud-africaines) a approché un expert en explosifs et lui a demandé "de participer à une opération visant à discréditer l’ANC [Congrès National Africain]. Il s’agissait de faire sauter la voiture de service d’un policier (enquêtant sur une affaire d’assassinat commis par d’autres policiers),  pour accuser l’ANC de l’attentat.
  • Un diplomate algérien et plusieurs officiers de l’armée algérienne ont admis [Inter Press Service English News Wire] que, dans les années 1990, l’armée algérienne a souvent massacré des civils algériens et  accusé des militants islamistes de ses propres assassinats (voir cette vidéo [Youtube], et l’article de l’ Agence France-Presse, 27.09.2002 , « le général-major Khaled Nezzar perd son procès en diffamation contre Habib Souaïdia, l’auteur de La Sale Guerre » ndlt.
  • L’ancien président de l’état-major interarmées, le général Shelton Hugh a indiqué [war room] qu’un membre du cabinet Clinton avait proposé d’aider Saddam à faire abattre un avion américain comme prétexte pour la guerre en Irak (voir (TV replay)).
  • Selon le Washington Post [WP 27/10/2002], la police indonésienne a indiqué que l’armée  indonésienne a tué des enseignants américains en Papouasie en 2002 et imputés les meurtres à un groupe séparatiste papou afin d’obtenir de ce groupe soit classé comme organisation terroriste.
  • Le très respecté ancien président indonésien, Abdurrahman Wahid, admet également que le gouvernement a probablement joué un rôle dans les attentats de Bali [Sidney Morning Herald].
  • Pour la BBC, le New York Times et Associated Press (voir BBC News 30/04/2004, NYT 17/05/2004, et AP 30/04/2004), des officiels macédoniens ont admis que le gouvernement avait fait assassiner 7 immigrants innocents, de sang froid, et ont prétendu qu’ils étaient des soldats d’Al-Qaïda tentant d’assassiner des membres de la police macédonienne. Il s’agissait de «  participer à la guerre contre le terrorisme ».
  • Le professeur de droit et ancien conseiller du Procureur Général des USA, John Yoo a suggéré en 2005 [Los Angeles Time 13/07/2005] que les États-Unis devaient passer à l’offensive contre Al-Qaïda. Il ajoutait : "nos services de renseignement doivent créer une fausse organisation terroriste. Elle pourrait avoir ses propres sites Web, ses centres de recrutement, des camps d’entraînement et lancer des opérations de collecte de fonds. Elle pourrait lancer de fausses opérations terroristes et revendiquer de vraies attaques, contribuant ainsi à semer la confusion dans les rangs d’Al-Qaïda, ce qui provoque les dirigeants à mettre en doute l’identité des autres et la validité de leurs communications."
  • United Press International a rapporté en Juin 2005 [UPI 3/06/2005] : « Des officiers de renseignement des États-Unis signalent que certains des insurgés en Irak utilisent modèles récents de pistolets Beretta 92, ces pistolets semblent, à première vue, avoir vu leur numéro de série limés. En fait, ils ne semblent pas avoir été physiquement supprimés. Les pistolets semblent provenir d’une ligne de production sans numéros de série. Les analystes suggèrent que l’absence de numéros de série suggère que les armes étaient destinées à des opérations de renseignement ou à des cellules terroristes jouissant d’un appui substantiel d’un gouvernement. Ils supposent que ces armes proviennent soit du Mossad soit de  la CIA. Les analystes pensent que des agents provocateurs pourraient utiliser ces armes « intraçables » et même que les autorités américaines simuleraient des attaques « d’insurgés » contre des civils pour étayer la thèse de l’illégitimité de la résistance à l’occupation.
  • La Sûreté du Québec a admis [Youtube] qu’en 2007, des voyous transportant des pierres à une manifestation pacifique étaient en fait des agents d’infiltration de la police du Québec.
  • Lors des protestations du G20 à Londres en 2009, un membre du Parlement britannique (x) a vu des policiers en civil inciter la foule à la violence.

Il existe de nombreux autres cas d’attaques sous « fausse bannière » utilisés à travers l’histoire prouvée par les faits historiques. Par exemple voir [autocitation] n’apporte pas grand chose puisque c’est une version incomplète du même article (ndlt), [Wikipedia false flag] et [Whatreallyhappened]. Les exemples ci-dessus ne sont qu’un petit échantillon des cas où des gouvernements sont obligés d’admettre l’utilisation du terrorisme sous fausse bannière.

Et vous ne pouvez pas appeler cela une théorie du complot puisque le gouvernement lui-même l’admet! Et ce n’est pas seulement l’histoire ancienne:

  • Zbigniew Brzezinski, ex-conseiller de Jimmy Carter à la sécurité nationale a suggéré [Témoignage de Zbigniew Brzezinski devant le Congrès des USA  1/02/2007] au Sénat qu’un acte terroriste pourrait être menée aux États-Unis et faussement imputés à l’Iran pour justifier la guerre contre cette nation (« au lieu que les USA restent sur une position défensive isolée contre plusieurs pays: Irak, Iran, Afghanistan et Pakistan » ndlt).
  • Un analyste [STTP Program] qui a travaillé 27 ans à la CIA, et qui a servi comme analyste de haut niveau plusieurs présidents, ne peut accepter [PrisonPlanet] que le gouvernement joue des alertes terroristes et même des événements eux-mêmes afin de rallier les gens derrière son drapeau.

 


Note ReOpenNews :

(*) Ouvrage en lien avec cet article :

Ed. Demi Lune, 416 pages.

 

Articles en lien :

by GeantVert

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique
commenter cet article

commentaires