Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 18:33
Pour Jean-Pierre Raffarin, DSK est trop «droitier» et trop occupé à gérer «les affaires du monde» pour faire un candidat dangereux.

Zoom

 

   

Dominique Strauss-Khan n'est pas le meilleur candidat de la gauche aux yeux de Jean-Pierre Raffarin. Invité de Dimanche+ sur Canal, l'ex-Premier ministre doute que le patron du FMI, qui gère les «affaires du monde», puisse mener une campagne en s'occupant des «petites affaires de la vie quotidienne».

A l'instar de , ministre de l'Economie, Jean-Pierre Raffarin a salué la «compétence» de DSK à la tête du FMI.   Et s'est employé à démonter le candidat potentiel à la présidentielle 2012. «Je ne crois pas que ce soit le candidat le plus dangereux pour Nicolas Sarkozy», affirme-t-il. Par extension, une candidature de DSK ne ferait donc «pas peur» à l'actuel chef de l'Etat. «La bataille électorale,  aime plutôt ça, et je ne suis pas sûr qu'il serait fâché d'avoir Dominique Strauss-Kahn face à lui», estime Raffarin.

Quand Raffarin attaque DSK son son anglais...

Le vice-président de l'UMP remet également en cause ses capacités à rassembler à gauche: «C'est un candidat qui a un profil assez droitier par rapport au centre de gravité de la gauche aujourd'hui», estime le sénateur. Mais pour lui, DSK serait surtout handicapé par son poste au FMI et sa stature internationale. «Il est quand même le représentant de la France d'en haut et c'est difficile de séduire la France d'en bas quand on est dans cette situation», estime Jean-Pierre Raffarin. 

Le représentant spécial du président de la République pour la francophonie reproche même à DSK de faire ses discours en anglais. Un reproche qu'il avait déja adressé en juin dernier au patron du FMI ainsi qu'à Pascal Lamy et Jean-Claude Trichet, dirigeants eux-aussi d'organisations internationales. Un reproche qui prête à sourire dans la bouche de l'auteur de la formule mémorable, en pleine campagne pour le «oui» au référendum européen de 2005 : «Win, the yes needs the no to win, against the no»...

 

VIDEO. Raffarin : «Win, the yes needs the no to win, against the no»...

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans DSK
commenter cet article

commentaires