Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 08:52

L'appel de Jean-François Copé à investir le Net pour défendre en masse le Président a été très peu suivi. Le but était "d'impulser une dynamique", explique au Post Benjamin Lancar.


|

L'UMP a-t-elle réussi à défendre Nicolas Sarkozy sur le Web ? L'appel du patron du parti a-t-il été entendu ? 

Avant l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy, sur TF1, jeudi soir, Jean-François Copé avait envoyé un mail aux sympathisants de l'UMP pour les inciter à défendre en masse le Président sur les sites d'actualité et les réseaux sociaux, comme Twitter ou Facebook. Objectif : contrecarrer la domination de la gauche sur Internet. Il s'agit de "dénoncer les mensonges de la gauchosphère sur Internet", expliquait au Post, le président des Jeunes UMP, Benjamin Lancar, avant l'émission. Une opération appelée "l'iRiposte".

De son côté, le PS s'était également mobilisé pour cette bataille du Web. Un suivi en direct de l'émission était proposé sur le site du parti, où on pouvait retrouver des contre-arguments aux propositions de Nicolas Sarkozy.

Verdict ? L'appel de Jean-François Copé a été très peu suivi. 
C'est ce qu'a constaté Paul Guyot, président de Semiocast, spécialiste de l'analyse de veille sur Facebook et Twitter. "A 22 h 45, plus de 21000 messages avaient été envoyés sur ces deux sites, mais seulement 1% était à connotation positive pour Nicolas Sarkozy. C'est un échec pour la droitosphère qui n'a pas su mobiliser sur le Web", a-t-il expliqué au Parisien.

Benjamin Lancar, à Paris, le 21 octobre 2009. Lancar : "Notre but, c'est d'être prêt en 2012"
"1 %, c'est déjà deux fois plus environ que lors de la dernière intervention présidentielle. Hier soir, l'appel de Jean-François Copé a été bien reçu. Il y a quand même eu plus de mobilisation de l'UMP que d'habitude. Il y a eu vrai effort de la part de nos militants dans toute la France", souligne Benjamin Lancar, contacté vendredi, par Le Post. 

Mais il en convient, la tache n'est pas aisée pour le parti présidentiel sur le Web : "Internet est plus un outil de protestation que de construction donc on y retrouve plus de messages contre que le Président que pour lui."

Pour le président des Jeunes de l'UMP, qui a lui-même envoyé beaucoup de messages sur Twitter pour défendre Nicolas Sarkozy hier soir, l'objectif de la soirée était "d'impulser une dynamique". "Notre but, c'est d'être prêt en 2012 et pas forcément dès maintenant", explique-t-il. 

Ce ne serait donc que le début de l'opération "reconquête du Web" par l'UMP avant la présidentielle. "Plus l'élection approchera et plus nous serons présents. Nous allons multiplier ces opérations dans les mois qui viennent, en continuant à aller sur les sites d'actu et sur les réseaux sociaux pour poster des messages favorables au Président", assure-t-il. 

Au total, Rue 89 a recensé de son côté 24.000 messages postés sur Twitter et Facebook durant l'émission. Le site s'est d'ailleurs servi d'un outil, qui a mesuré les mots les plus tapés sur les réseaux sociaux durant l'intervention présidentielle. Les termes "dérision" et "critiques de Sarkozy" arrivent en tête. Tout un symbole. Rue 89 fournit deux autres chiffres : dans les cinq dernières minutes, 40% des messages ont indiqué un rejet de Nicolas Sarkozy et pendant toute l'émission, 11% des messages ont tourné en dérision son intervention.

Même le député UMP, Lionel Tardy, constatait en début d'émission, surTwitter : "À priori, il n'y pas beaucoup de monde qui twitte a droite..."

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Economie
commenter cet article

commentaires