Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 11:52


 

 

 

France-Soir s'est s’est procuré les dépôts de plainte des jeunes à l’IGS. Extraits et réponse de la Préfecture de police de Paris.

Ce que les jeunes ont raconté à la police des polices

Gary, 20 ans, étudiant en licence de Staps
« Je me trouvais à côté du supermarché Proxi en compagnie de deux amis d’enfance, Thomas et Saïf, et d’autres jeunes. Nous étions une dizaine. […] Les policiers nous ont demandé de nous aligner contre un mur. C’est ce que nous avons fait. Un maître-chien s’est approché de moi. Le chien m’a sauté dessus au niveau du ventre. Je l’ai repoussé avec mon pied. Le policier m’a alors dit : “Espèce de fils de pute, touche pas à mon chien !” Il a retiré la muselière de son chien, ce dernier m’a sauté dessus. Je lui ai porté un grand coup de pied. Le maître-chien m’a alors porté un violent coup de poing au front. Sous le coup, je suis tombé au sol. J’ai ensuite eu la tête écrasée, mais je ne sais pas par qui. Un policier de Gennevilliers que je vois dans le quartier depuis longtemps m’a dit : “Calme-toi, tout va bien se passer”. »

Saïf, 20 ans, au chômage, casier judiciaire vierge
« Des policiers en uniforme, casqués et avec des boucliers se sont approchés de nous. […] Mes amis ont demandé pourquoi ils les contrôlaient et les policiers ont répondu : “Fermez vos gueules !” Le ton est monté des deux côtés et les policiers casqués ont commencé à nous mettre des coups de matraques. Les maîtres-chiens nous ont mis des coups de poing et en même temps les chiens nous sautaient dessus. Je me suis protégé le visage et quand le chien me sautait dessus, je le repoussais comme je pouvais. A ma gauche, il y avait Thomas, les maîtres-chiens lui ont ordonné de se mettre à terre. Pour qu’il aille plus vite, ils ont enlevé les muselières des chiens et ces derniers se sont retrouvés à trois centimètres de mon ami à lui faire des assauts. J’ai entendu leurs dents claquer. […] Je me suis laissé faire quand ils m’ont menotté. J’étais debout et le policier casqué qui m’avait menotté m’a ensuite porté deux coups de poing au niveau du nez. »

« Ils sont très connus de nos services »

Interrogée par France-Soir, la Préfecture de Police de Paris (PP) a confirmé hier le dépôt de la plainte des trois jeunes auprès de l’IGS (Inspection générale des services). « Des vidéos ont été effectivement adjointes en support de la plainte », a-t-on reconnu. La PP se refuse toutefois à plus de commentaires car « l’enquête est en cours. »
Un cadre de la police, également sollicité, tient, lui, à relativiser. « Nous sommes régulièrement pris à partie dans le quartier du Luth. Je rappelle qu’en septembre dernier, des fonctionnaires ont été victimes d’un guet-apens particulièrement violent. Le véhicule de police avait été criblé de jets de pierres. Le ministre de l’Intérieur s’était d’ailleurs déplacé pour nous soutenir. C’est dans ce climat-là que les forces de l’ordre agissent au Luth. » Ce gradé insiste d’ailleurs sur le casier judiciaire des trois jeunes qui se disent victimes de violences policières : « Ils sont très, très connus de nos services. »




Meute de Policiers tabasse un jeune, à Montfermeil

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais cela ne vous détournera pas d'aller voir sur YouTube, la vidéo de reconstitution en 3D de l'accident de Robert Kubica. Ne vous inquiétez pas, ce sont des images virtuelles, il n'y a pas de sang :



 

A voir Le Taser

 


 

France-Soir propose un dossier et des vidéos accusatrices concernant l'attitude de la police lors d'une intervention dans le quartier du Luth, à Gennevilliers (Seine-Saint-Denis). La version de la police est qu'une quarantaine de jeunes ont pris à partie les forces de l'ordre, lesquelles ont réagi avec mesure. Pas de chance, des témoins ont filmé la scène.

Or, les vidéos montrent qu'un jeune menotté et calme reçoit des coups de poings, pire que des chiens ont été lâchés, sans muselière, sur la petite dizaine de jeunes présents. 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans France
commenter cet article

commentaires