Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 07:54

 

Ayrault : "La lettre de Fillon confirme

 

 que MAM voulait proposer une aide à la

 

police de Ben Ali"

 

Sur Le Post, le président du groupe PS à l'Assemblée revient sur la lettre qu'il a reçue du Premier ministre, dans laquelle on apprend que la France devait bien livrer des grenades lacrymo à la Tunisie, alors que la répression des manifestations avait déjà fait de nombreux morts.

Jean-Marc Ayrault, le 30 mars 2010, à l'Assemblée nationale.
Jean-Marc Ayrault, le 30 mars 2010, à l'Assemblée nationale. | MAXPPP

Le gouvernement français n'a pas envoyé de matériel de maintien de l'ordre en Tunisie, mais a bien donné son accord à quatre reprises pour livrer des grenades lacrymogènes au régime de Ben Ali, selon des informations du Monde (article payant) et de Reuters. 

Sur ces quatre autorisations, deux ont été données le 8 novembre et deux autres le 12 janvier, soit deux jours avant la fuite de Ben Ali, alors que la répression des manifestations durait depuis presque un mois et avait déjà fait de nombreux morts.

C'est ce que reconnaît le Premier ministre François Fillon dans un courrier envoyé le 31 janvier au président du groupe socialiste à l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault, en réponse à une question de l'opposition, cinq jours plus tôt (Lire l'article sur le sujet : L'aveu de Fillon : la France devait bien livrer des grenades lacrymogènes à la Tunisie).

Ce n'est que le 18 janvier, quatre jours après le départ de Ben Ali, que la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie a définitivement suspendu les autorisations officielles de livraison de grenades à la Tunisie.

 
Le 11 janvier à l'Assemblée nationale, à la veille d'autoriser cette livraison de grenades, MAM avait proposé de mettre à disposition du régime de Ben Ali l'aide de la France en matière de maintien de l'ordre pour la maîtrise des manifestations. Des propos qui ont suscité une polémique dans la classe politique. 

Contacté par Le Post, Jean-Marc Ayrault, le président du groupe socialiste à l'Assemblée, voit dans les explications de François Fillon la confirmation que "jusqu'au bout, le gouvernement français a soutenu le régime de Ben Ali".

Quelle a été votre réaction lorsque vous avez reçu la lettre du Premier ministre ?
"C'est la confirmation de ce que nous pressentions... Comme j'ai été très surpris par la réponse de Michèle Alliot-Marie et de François Fillon, qui étaient dans le déni, la semaine dernière, à l'Assemblée (voir la vidéo), j'ai écrit au Premier ministre pour lui demander précisément quelles avaient été les autorisations demandées en ce qui concerne la livraison de matériel à la Tunisie. Et j'ai obtenu ce que je craignais : il y a bien eu quatre autorisations du gouvernement français, avec l'accord des ministères de l'Intérieur, de la Défense et du ministère des Affaires étrangères. 

MAM et François Fillon.Considérez-vous que Fillon et MAM ont menti lorsque vous les avez interrogés la semaine dernière?
"En tout cas, ils n'ont pas dit la vérité... Fillon a fait un écran de fumée à l'Assemblée, en adoptant un ton polémique. Mais le Premier ministre ne pouvait pas ne pas dire la vérité après avoir été interrogé par un président de groupe à l'Assemblée."

Que déduisez-vous de sa réponse ?
"Cela confirme que jusqu'au bout, le gouvernement français a soutenu le régime de Ben Ali. Et cette lettre de François Fillon confirme aussi que Michèle Alliot-Marie voulait bien proposer une aide à l'équipement de la police de Ben Ali."

MAM a pourtant expliqué après coup qu'elle n'avait pas voulu proposer une aide militaire à la Tunisie...
"En fait, avec la lettre de François Fillon, on comprend qu'elle n'exprimait pas que son point de vue personnel, mais aussi celui du Premier ministre et du président de la République. Notre responsabilité en tant que République française est de soutenir les revendications de ces peuples arabes et d'accompagner les transitions démocratiques."

Quelles sont les conséquences pour l'image de la France dans le monde arabe ? 
"Le mal est fait. Dans les pays arabes, l'attitude du gouvernement français a été très mal ressentie. La réputation de Paris y est très écornée. Je l'ai vraiment ressenti quand je suis allé sur le plateau d'Al Jazeera [le 20 janvier dernier, ndlr]. Ce jour-là, j'ai d'ailleurs tenu à dire que la position de la France ne se résumait pas à celle du gouvernement français."

Et pour l'exécutif français ?
"Tout cela contribue à alourdir le bilan de Nicolas Sarkozy que les Français pourront juger en 2012. À nous d'apporter les conditions d'une alternance crédible pour emmener la France sur une autre voie."

 

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Scandales politique
commenter cet article

commentaires