Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 08:26

Le dossier d'implantation de Leclerc à Oye-Plage est rouvert

La colère des commerçants grand-fort-philippois contre Leclerc

samedi 05.02.2011, 06:00
Pour Yves Barré, un Leclerc installé dans la zone n'aurait aucun avenir.Pour Yves Barré, un Leclerc installé dans la zone n'aurait aucun avenir.

 

Au coeur des débats, des enjeux de taille : création d'emplois et de proximité pour certains, mort à court ou moyen terme des commerces locaux et licenciements pour d'autres.




 

« Que les nombreux défenseurs de ce projet dont, je suis, se rassurent, nous n'avons strictement rien abandonné ». La déclaration d'Olivier Majewicz lors de la cérémonie des voeux de Oye-Plage le 9 janvier dernier n'est pas passée inaperçue. Si bien qu'un groupement d'Ansériens vient de remettre une pétition lourde de plus de mille signatures en faveur de l'implantation d'un hypermarché Leclerc à l'entrée de la commune. Ce groupe pro-Leclerc est allé à la rencontre de plus d'une vingtaine de communes environnantes pour les convaincre du bien-fondé de ce projet.

 



Si le maire de Oye-Plage se dit « étonné du nombre de signatures, mais pas étonné de la démarche », ce n'est pas forcément le cas de tout le monde. Et certainement pas des commerçants de Grand-Fort-Philippe, en colère après la rouverture de ce dossier.



L'implantation d'un Leclerc, « ça ne tient pas la route » 

Du côté de Super U, Yves Barré, gérant, ne comprend toujours pas les raisons qui poussent Olivier Majewicz à s'obstiner dans ce projet : « C'est toujours un peu le maire mégalo... C'est démesuré par rapport à la zone. » Membre de l'Unicom (Union des commerçants), il estime que le commerce local et microlocal fonctionne plutôt bien et que ce type d'implantation ne peut que lui nuire : « On est suffisamment dynamique, c'est quand même dommageable de ne pas faire appel à un savoir-faire déjà existant si vraiment il y a des besoins ». À aucun moment, Yves Barré ne croit en l'avenir de ce projet : « Ça ne tient pas la route, ce n'est pas viable ! » Le commerçant aimerait comprendre. Comprendre pourquoi on étouffe le secteur de supermarchés : « Il faut reprendre l'origine du dossier. Le maire voulait faire ça pour récupérer la taxe commerciale ; maintenant, c'est fini, ça n'existe plus. Alors, il dit aujourd'hui que c'est pour créer de l'emploi... Il y a déjà une surcharge de supermarchés avec l'ère discount. Il n'y a aucun intérêt économique, ni commercial. » Même pas en termes d'emplois ? Pas vraiment selon Yves Barré : « La zone n'évolue pas démographiquement ». Il entend par-là que la clientèle, pour ce type de projet, n'existe pas. Ce que réfutent les Ansériens à l'origine de la pétition. Ils ont d'ailleurs établi le constat suivant : nombreuses sont les personnes des communes concernées à faire leurs emplettes dans les hypermarchés de Dunkerque, Calais et Saint-Omer sans que cela nuise aux commerces locaux de proximité. De la clientèle à foison donc, mais également un nombre important de créations d'emplois. Sans oublier de souligner la réputation des enseignes Leclerc pour leurs prix abordables.



« Il y a une politique de rénovation du centre-ville, là, ils vont le faire mourir » 

Avec près de 300 entreprises sur le secteur concerné, Yves Barré reste persuadé que la raison de cette implantation est ailleurs : « Avec un projet aussi gros, le plus gros de toute la zone, il n'y aura pas de clients. S'il y avait un réel besoin, il y a bien longtemps que Leclerc serait là ! Dire que les Ansériens font leurs courses au Leclerc de Lumbres, c'est n'importe quoi ! C'est juste un projet politique. » Ajoutant au passage que l'hypermarché voudrait seulement s'implanter sur Oye-Plage par défaut : « Eux (Leclerc)veulent s'installer à Calais ».

Mais, ce qui révolte le gérant de Super U réside surtout dans la manière dont sont prises les décisions : « Avec l'Unicom, on va se battre contre ce projet ; c'est inadmissible qu'un homme politique décide d'un projet de cette ampleur sans concerter les commerçants de la zone. C'est de la malhonnêteté !

Ce n'est pas correct pour les commerçants locaux qui se battent malgré la situation économique. Les petites structures vont très vite en pâtir. De toute façon, le projet ne sera jamais dans ses objectifs. » Si Yves Barré ne parle pas de bombe à retardement, il pense que cet aménagement commercial « peut ne pas bien se finir ». Et pense à son homologue ansérien, gérant de l'établissement Carrefour contact : « Pourquoi n'a-t-il jamais été consulté ? Il y a une politique de rénovation du centre-ville, là, ils vont le faire mourir. » Remi FOULON


Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article

commentaires