Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 03:24
DSK, cible préférée de l'UMP

Le patron du FMI Dominique Strauss-Kahn est de plus en plus la cible de plusieurs responsables de l'UMP.  

AFP

Les propos de Christian Jacob et de Pierre Lellouche, qui ont sévèrement taclé Dominique Strauss-Kahn, ont été vivement dénoncés au PS tandis que l'UMP tente de calmer le jeu.

 

Haro sur Dominique Strauss-Kahn. Le patron du FMI, qui a fait un pas de plus vers 2012 (ou plutôt sa femme), s'est retrouvé dans le viseur des cadres de l'UMP ce week-end. 

Ainsi, Christian Jacob, qui avait déjà taclé DSK, a récidivé ce weekend. Le patron des députés UMP a estimé dimanche sur Radio J que la primaire PS, en favorisant les zones urbaines par leur maillage, s'apparentait à un scrutin de "bobos", une catégorie de Français qu'il juge par ailleurs "plutôt bien" incarnée par Dominique Strauss-Kahn.  

Le député-maire de Provins avait aussi affirmé que le patron du FMI, "ce n'est pas l'image de la France, l'image de la France rurale, l'image de la France des terroirs et des territoires".  

Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Pierre Lellouche a lui douté de la capacité de Dominique Strauss-Kahn, symbole à ses yeux d'une "gauche ultra caviar", à "rassembler son propre camp" s'il se portait candidat à la présidentielle. 

Visiblement, l'argument d'un leader politique coupé des réalités de son pays s'inscrit dans une démarche collective, pensée par l'UMP. Son patron, Jean-François Copé a reconnu que DSK qu'il avait comme "énorme faille", celle de ne pas être en France "depuis de nombreuses années". 

"On ne peut pas construire comme ça, ex-nihilo, un projet pour la France sans avoir passé le temps nécessaire avec les Français pour comprendre les grands sujets", a-t-il déclaré, ajoutant: "Il est grand temps qu'il parle, au moins on pourra savoir un peu ce qu'il propose (...) Je ne suis pas certain qu'il ait totalement en tête ce qui se passe dans notre pays." 

Le PS n'a pas tardé à défendre son meilleur candidat, selon les sondages. Et s'est concentré sur la sortie de Christian Jacob.  

"Des relents moisis", selon Hamon

Dans un communiqué, le député PS de Paris, Christophe Cambadélis, proche de Dominique Strauss-Kahn l'a jugé "indigne d'un parlementaire". "Dire que DSK n'est pas à l'image de la France, c'est sous entendre qu'il est un étranger, un apatride, membre du 'parti de l'étranger', voire malheureusement bien autre chose", écrivait-il dimanche. 

Un autre strauss-kahnien, le député PS du Finistère Jean-Jacques Urvoas a pour sa part déploré que "la droite ne réprime plus sa hargne et laisse son inconscient s'exprimer". "Encore un peu de temps et ils parleront comme Déroulède ou Maurras au temps des Ligues."  

Lors de son point-presse hebdomadaire, le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a dénoncé "les relents très moisis" du discours de Christian Jacob. 

"Je dis là dessus Stop! tout de suite, tout de suite!", a lancé Benoît Hamon. La droite qui "a reçu des instructions pour parler en ce sens doit arrêter immédiatement (...) Nous avons très bien compris les relents moisis derrière cette déclaration." 

Pour rappel, Dominique Strauss-Kahn n'est toujours pas candidat.

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans DSK
commenter cet article

commentaires