Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 10:06

Les Américains n'ont pas élu un président noir, mais créole »

  Obama-.jpg

Glissant raconte qu'il a eu la conviction, avant même la crise économique, qu'Obama pouvait gagner l'élection. « Il gagnera parce qu'il est créole », disait-il à

 ses amis noirs américains (le créateur de l »institut du Tout-Monde est « Distinguished Professor » à la City University of New York, après avoir enseigné en Louisiane). « No way ! », leur répondaient-ils.

Pour lui, la créolité, qui a façonné les Caraïbes et le Brésil, submerge enfin les Etats-Unis

Obama, catalyseur d'utopies

On aurait tort, dit Chamoiseau, de voir en Obama un « homme providentiel ». Mais il est porteur de possibles, et c'est à nous, à tous les hommes, d'accompagner ce mouvement. Cette « effervescence » créée par l'élection d'Obama peut inciter les poètes, les philosophes, les intellectuels et les artistes à se mêler de ce monde nouveau.

Face au capitalisme débridé, à cette économie de violence et d'argent, c'est le moment « d'ensemencer » le monde de désirs, de rêves et d'utopies. Chamoiseau verrait ainsi assez bien, dans les mois qui viennent, « une grande manifestation de tous les altermondialistes de la planète, devant la Maison-Blanche », pour déclencher « ce chaos des imaginaires. » (Voir la vidéo)


Pour les deux hommes, l'élection de cet homme marque la fin du grand « non-dit » de l'histoire américaine « à savoir que les héros, de Washington à aujourd'hui, étaient des propriétaires blancs, ou des descendants d'esclavagistes ».

Ils ont été frappés par une réflexion d'un jeune Noir américain, qui a déclaré, à propos de l'élection d'Obama, qu'il ne se considérait désormais plus comme « africain-américain », mais comme « américain » tout court.

Pour eux, en montrant qu'il était possible de dépasser le clivage blanc-noir, Obama a réinventé l'Union, cette notion centrale à l'histoire américaine, et qui peut enfin accueillir les minorités. Son élection met subitement fin au tête à tête entre blancs et noirs, entre descendants d'esclavagistes et descendants d'esclaves, à cet affrontement exclusif : elle ouvre pour les Etats-Unis « les champs de l'impossible et de l'impensable ».

Tout peut désormais être imaginé pour l'avenir de cette puissance : ouverture, égalité, créolisation, métissage. Les Etats-Unis peuvent enfin embrasser les cultures de ses habitants issus de l'immigration, hispaniques, africains, ou asiatiques. (Voir la vidé)


Pour Edouard Glissant, les Etats-Unis ne s'ouvriront vraiment sur le monde, et sur cette « poétique de la relation » que les deux écrivains vantent au fil de leurs ouvrages, que s'ils renoncent à leur prétention à diriger la planète.

Dans quelques discours, pourtant, Obama a insisté sur la nécessité pour les Etats-Uns de diriger le monde, ce qui a inquiété et déçu l'auteur martiniquais. C'est, au terme de cette discussion d'une heure, le seul bémol qu'il mettra à son enthousiasme…

Hubert Artus  

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Usa
commenter cet article

commentaires