Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:19

Un ministre pas si timbré

A la lecture d’une information parue dans la presse ce jour, on apprend, grâce à Martin Hirsch, que Gérard Longuet se serait offert une maison en partie grâce à sa collection de timbre.

Celle-ci ne lui aurait pas couté très cher du temps qu’il était ministre des Postes.

Le ministre dément.

On peut découvrir cette affaire dans le dernier livre deMartin Hirsch « pour en finir avec les conflits d’intérêts  » (chez Stock)

Qu’en est-il ?

Jusqu’en 1990 le président de la République, le premier ministre, le ministre des Poste, et des hauts fonctionnaires recevaient de rares épreuves de luxe de nouveaux timbres, très prisées par les collectionneurs.

Hirsch raconte qu’un ministre (sans en donner le nom) avait vendu pour plusieurs centaines de milliers de francs des timbres qui « lui avaient été offerts pendant son mandat (…) ce qui lui avait permis de financer en grande partie l’achat d’une maison » (à St Tropez). lien

Ce ministre n’est autre que le président du groupe UMP au Senat : Gérard Longuet.

Il a été ministre des Postes entre 1986 et 1988 et admet qu’il s’agit bien de lui, mais dénie aujourd’hui que sa maison ait pu être payée par des timbres.

Il affirme que cela correspondait à l’équivalent de 1000 € par mois, et que çà ne pouvait en aucun cas lui payer la totalité de sa maison. (mais une partie peut-être ?)

Si l’on fait un rapide calcul, cela fait pour un mandat de 26 mois, 26 000 €, (soit plus de 170 000 francs) ce qui est loin d’être négligeable.

Or cette maison et l’ancien Ministre avait déjà eu maille à parti avec la justice.

Le célèbre juge Van Ruymbeke avait déjà levé un lièvre concernant Longuet et sa maison à l’époque.

La construction de celle-ci a été commencée en 1989. Elle a été payée 2,7 millions de francs, alors que son prix de revient dépasse 4 millions.

On peut lire les détails de cette affaire compliquée sur ce lien, mais ce qui est sur, c’est qu’elle avait provoqué à l’époque la démission du Ministre, lequel avait été sous l’accusation de recel début janvier 1995.

Gérard Longuet à une longue histoire avec la justice. lien

Il a été mis en examen à 5 reprises dans les années 1990 (lien) et il se considère comme une « victime de la république de la délation ».

Sa première condamnation remonte à 1967, soupçonné d’avoir été co-instigateur d’une expédition de son mouvement (Occident) qui a provoqué le coma d’un étudiant d’extrême gauche.

Il a été condamné à 1000 francs d’amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation ». lien

C’est pas cher payé le coma.

Rappelons que Gérard Longuet à été mis en examen dans le cadre du financement duParti Républicain. Lien

Il a aussi été inquiété pour financement occulte du RPR, et pour l’affaire des marchés publics d’Ile de France, même s’il vient début 2010 de bénéficier d’un non-lieu. lien

Et puis, avec Gérard Longuet, l’affaire Bettencourt refait parler d’elle, puisque l’ex-comptable desBettencourt, Claire Thibout a affirmé, le 7 juillet dernier, l’avoir croisé chez ses patrons.

Ce que reconnait l’intéressé. lien

Dans ce même livre, Martin Hirsch s’en prend aussi à Jean François Coppé, « un ambitieux sans bornes » à qui il reproche de présider l’Agence du Service Civique, alors qu’il est déjà Haut Commissaire aux solidarités actives (lien)

Il lui reproche aussi de cumuler la rétribution de ce poste avec celle de l’avocat qu’il est resté. lien

Le piquant de l’histoire est que Jean François Coppé est d’origine Roumaine, son grand père s’appelantCopelovici. lien

Serait-il donc d’origine Rom ?

Va-il bientôt être reconduit à la frontière ?

Décidément ce gouvernement collectionne les casseroles.

Entre celles d’Eric Woerth, « l’homme qui ne ment pas », mais qui a été pris en flagrant délit de dissimulation de la vérité dans l’affaire Bettencourt,

Christian Estrosi qui s’offre des voyages en jet privé pour 138 000 euros, fait agrandir son chalet sans permis de construire, et envoie au casse pipe des pompiers venus lui apporter des revendications tout à fait recevables, lien

On n’a pas oublié non plus l’affaire du Golf de Nice, dont on cherche toujours où sont passés les 750 000 francs de subventions allouées à l’association du même nom, et qui ont bizarrement atterries dans la caisse de la SARL du Golf de Nice, dont la femme d’Estrosi (à l’époque) gérait les intérêts.

Et que dire de Fadela Amara, qui invite ses deux frères à profiter des largesses de la république : appartement luxueux, maitre d’hôtel, cuisinier ? (lien), de Christian Blanc qui se fait payer ses cigares par des citoyens fauchés.

Nicolas Sarközi qui après avoir doublé son propre salaire, offre, avec nos sous des repas à 5050 eurospar « tête de pipe » aux congressistes du sommet de la méditerranée, ce qui a couté au contribuable16,6 millions d’€.

La collusion d’intérêt qu’il a provoqué dans l’affaire Tapie, en permettant à son ami de recevoir plus de200 millions d’euros, grâce au dessaisissement qu’il a organisé, enlevant l’arbitrage aux magistrats, et en le donnant à un « comité des sages ». vidéo

C’est l’occasion de rappeler que notre autocrate aime bien les fleurs, celle que lui offre sa cour en le félicitant sur son teint halé, et celle qu’il s’offre : 280 000 € par an pour fleurir 300 mètres carrés à l’Elysée.

On ne s’attardera pas plus longtemps sur lui, la liste serait trop longue, sans rappeler qu’après son élection, en voyage à La Réunion, il avait déclaré en petit comité :

« Je serais servile avec les puissants, et ignoble avec les faibles ». lien

Roselyne Bachelot a organisé un gaspillage d’1,7 milliards d’euros pour un vaccin dont on a vu l’inutilité...sauf pour les labos, bien sur.

Brice Hortefeux condamné pour injure à caractère racial (lien)

Christine Boutin a été épinglée pour avoir accepté 9500 € pour une mission « sur la Mondialisation » que lui a offert l’Elysée. lien

Même Borloo, instigateur de l’imposture du Grenelle, a été assigné par la justice pour une affaire interne à son parti Radical. lien

Arnaud Richard, député UMP, (son ancien conseiller) vient d’être pris dans une affaire de conflit d’intérêt. lien

Et que dire de Rama Yade qui dénonce le prix de l’hôtel des Bleus en Afrique du Sud lors du mondial, alors qu’une suite à 667 € la nuit lui est réservée ? Du faux permis de construire de la villa de St Tropezde Joyandet, de son Jet privé à 108 000 € ? De la mise en examen d’André Santini pour infractions financières ? lien Du cumul des mandats d’Henri de Raincourt, ministre en charge des Relations avec le Parlement qui a avoué à « Public Sénat » cumuler une partie de sa retraite de sénateur à son salaire de ministre ? lien

Rachadi Dati n’a pas échappé non plus aux dérapages puisque le « nouvel Obs » nous apprenait que le dossier présenté à l’école de magistrature présentait un diplôme qu’elle n’avait jamais eu. lien

La ministre de la justice, Michèle Alliot Marie, que l’on ne s’attend pas à trouver dans cette liste, semble pourtant avoir aussi sa casserole.

Le quotidien « Le Parisien » fait état d’une lettre adressé par cette dernière à Rachida Dati, alors Garde des Sceaux, lui suggérant d’intervenir dans une affaire de jeux truqués impliquant Fabien Chalandon, le fils de l’ancien ministre.

Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP (contrôlé à 144 km/h sans sanction) assumant la circulaire d’Hortefeux stigmatisant les Roms, et sanctionné par l’Europe, n’en sort pas grandi. lien,

D’autant qu’il a été tourné en ridicule par les « identitaires » niçois sur cette vidéo.

N’oublions pas Bernard Kouchner dont on a appris qu’il avait offert sa table pour permettre une rencontre entre Sarközy, Hortefeux, et Tapie, lequel s’est employé par la suite à torpiller la gauche en 2007, (lien) ou Frédéric Mitterrand critiqué pour son « tourisme sexuel ». lien

Eric Besson, instigateur d’un débat nauséabond sur l’identité nationale,  ferme la marche puisqu’on apprend le 25 septembre 2010 qu’il se serait fait payer les 4 billets (il y avait 2 gardes du corps) de son voyage de noce à Capri aux frais du contribuable, (1500 €) ce qu’il dément, affirmant qu’il va porter plainte. lien

On peut allonger la liste des « dérapages » sur ce lien proposé par Médiapart.

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans France
commenter cet article

commentaires