Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 11:14

Ces gluantes et répugnantes créatures sont apparues en très grand nombre sur une plage aux côtés des baigneurs. Avouons qu'elles inspirent un film de science fiction avec son aspect globuleux, sa couleur bleu néon, ses tentacules venimeuses qui peuvent faire 30 pieds de long! 

Il semble que ce visiteur, appelé "Man-of-war", est une forme de vie indépendante qui arrive dans le secteur à chaque hiver ou au début du printemps, poussé par le Gulstream. Cependant, cette année, leur nombre est beaucoup plus important qu'à l'habitude. 



Selon les habitués de la plage, jamais on a vu une telle colonie, le rivage était bleu. Au cours du dernier week-end, des centaines de baigneurs ont été piqués. La horde devrait reprendre la route des profondeurs très bientôt, poussée par les vents froids

 

 

 

Physalia physalis) — du grec phusalis (φυσαλίς) qui signifie bulle d'eau ougalère portugaise, est un siphonophore marin, c'est-à-dire une colonie comportant quatre types de polypes et médusoïdes1 soutenue en surface par un flotteur de 10 à 20 cm. Malgré les apparences, ce n'est pas une sorte de méduse.

Elle fait partie du neuston, cette catégorie d'organismes aquatiques liés à la surface. De ce fait, bien qu'elles vivent habituellement dans les mers tropicales et subtropicales, les vents dominants peuvent les déporter sur de grandes distances, notamment vers les côteseuropéennes où l'on assiste certaines années à des échouages massifs.

Sommaire

 [masquer]

Structure[modifier]

La physalie est composée d'eau à hauteur de 90 %.

Le flotteur, un pneumatophore, est une sorte de ballon ovale translucide et quasi symétrique avec une ligne de crète aux couleurs de l'arc-en-ciel avec une tendance vers le pourpre, le vert, le bleu et le violet.

Ce pneumatophore permet à la physalie de se déplacer grâce aux courants marins et au vent. Il est rempli d'air2 mais peut contenir une teneur certaine en monoxyde de carbone (jusqu'à 13 %), produit in-vivo2. Pour échapper à une attaque venue de la surface, lepneumatophore peut être dégonflé permettant ainsi à la physalie de plonger brièvement2.

Sous les flotteurs partent de multiples filaments de plusieurs mètres de long (10 mètres en moyenne, mais pouvant atteindre 50 mètres[réf. nécessaire]). Extrêmement urticants, leur brûlure est plus intense que celle de l'ortie et peut provoquer un état de choc chez ceux qui en sont victimes dans l'eau. Le poison est produit par les nématocystes (un des quatre types de polypes de la colonie) et peut tuer de petits poissons, proies qui seront attirées vers et digérées par les gastrozooïdes (un autre des types de polypes de la colonie).

Les filaments, ou nématocystes, peuvent conserver leur pouvoir urticant longtemps après la mort de l'animal.

La physalie évolue en masse simultanément. Sous les tropiques, on peut rencontrer des bancs formés de plusieurs millions d'individus.

Reproduction[modifier]

La reproduction est assurée par les gonozooïdes, un des quatre types de polypes de la colonie. Les nouvelles colonies sont formées par bourgeonnement où des polypes se séparent de la colonie principale, donc de manière asexuée3.

Alimentation[modifier]

Certains des polypes qui ont une forme de tentacule sont constitués de cellules urticantes capables de paralyser des poissons. Ensuite, d'autres polypes également à forme de tentacules transportent le poisson paralysé jusqu'à d'autres polypes spécialisés afin que celui-ci soit digéré3.

Prédateurs[modifier]

La tortue caouanne compte les physalies parmi ses proies habituelles.

Glaucus atlanticus et Glaucilla marginata, deux petites espèces de mollusques nudibranches, tirent leur pouvoir urticant des physalies dont ils se nourrissent. Immunisés vis à vis des toxines, ils stockent préférentiellement la catégorie de nématocystes les plus urticants dans des sacs spécialisés : les cnidosacs4.

La janthine (Janthina janthina) un autre gastéropode qui améliore sa flottabilité avec des bulles de mucus, chasse les hydrozaires flottant sur l'eau.

La pieuvre Tremoctopus est immunisée contre le venin de la physalie et la femelle est connue pour arracher les filaments du siphonophore et s'en servir comme moyen de défense5,6.

Galerie[modifier]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Economie
commenter cet article

commentaires