Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 10:30

Mathieu Bonduelle: «Nicolas Sarkozy n'aime pas la justice, c'est clair»

Créé le 04.02.11 à 13h47 -- Mis à jour le 04.02.11 à 16h56
Nicolas Sarkozy lors d'une table ronde à Orléans le 3 février 2011.

INTERVIEW - Le secrétaire général du Syndicat de la magistrature explique pourquoi la profession se mobilise...

Les propos de trop? Les magistrats se mobilisent un peu partout en France aprèsles déclarations de Nicolas Sarkozy sur l’affaire Laëtitia. Le chef de l’Etat considère qu’il y a eu «faute» dans le suivi judiciaire du principal suspect, Tony Meilhon, et annonce que des sanctions seront prises. Une vision des faits contestée par la profession. Mathieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature (2e, classé à gauche) détaille les raisons de la mobilisation.

Nicolas Sarkozy a pour habitude de renvoyer les juges à leurs responsabilités. Au-delà de l’affaire Laëtitia, est-cela qui agace?
Non. Il ne s’agit pas d’une défense corporatiste, qui reposerait sur le principe que les magistrats sont au-dessus des lois. Tous les ans, des juges sont sanctionnés. Une faute appelle une sanction. Mais dans le cas présent, il n’y a pas de faute. L’inspection en cherche une mais elle n’en trouve pas.

Le chef de l’Etat évoquait-il une faute commise en haut lieu?
Cela m’étonnerait. Les juges sont clairement visés. Et pourtant, c’est bien la chancellerie qui a validé les choix des services de Nantes, qui ont signalé dès 2010 qu’ils allaient devoir établir des priorités dans le traitement des dossiers. Le ministère n’a pas répondu aux demandes de moyens supplémentaires. Ça fait plus d’un an qu’il y a trois juges d’application des peines au lieu de quatre au tribunal de Nantes. Au service de probation, chaque conseiller doit suivre 135 dossiers. On est bien en face d’un problème de moyens.

Pourtant, le budget de la Justice n’a cessé d’augmenter depuis 2007 
Certes, mais cette augmentation est ridicule par rapport à l’augmentation générale de la population et à l’augmentation de l’activité des tribunaux liée à la politique pénale menée depuis 2002. Soit depuis que Nicolas Sarkozy est au ministère de l’Intérieur qu’il met en place une politique sécuritaire. Les récents chiffres de laCommission européenne pour l’efficacité de la justice classent par ailleurs la France au 37e rang en termes de budget consacré à la justice. Dans ce rapport, on apprend que la France a deux fois moins de juges et de procureurs que la moyenne des pays européens.

Pourquoi cette différence avec les voisins européens selon vous?
C’est un choix politique. Nicolas Sarkozy n’aime pas la justice, c’est clair. Il a construit sa carrière politique sur la stigmatisation des juges, accusés de laxisme, alors que lui défend la fermeté et la sécurité. C’est au cœur de sa stratégie. Mais là il va plus loin. Il avait déjà réclamé des sanctions dans l’affaire Nelly Cremel, mais il là il le fait de manière globale, pas contre un juge en particulier. La menace disciplinaire n’a jamais été aussi précise.

Comment interprétez-vous cette réaction de Nicolas Sarkozy?
On est en 2011, la campagne pour la présidentielle commence. Je l’avais prédit. Tous les faits divers vont être récupérés politiquement.

 
 Propos recueillis par Catherine Fournier

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Economie
commenter cet article

commentaires