Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 01:15

 

+ Les combats se poursuivent autour de Brega

Obama a autorisé l'agence américaine à assister les rebelles libyens, toujours en difficulté sur le terrain. Kadhafi est lâché par son ministre des Affaires étrangères.

 

 

L'Otan aux commandes

 

Le général canadien Charles Bouchard dirige désormais l'intervention internationale en Libye, rebaptisée « Protecteur unifié ». L'Alliance atlantique a pris le relais, hier matin, de la triplette franco-anglo-américaine qui avait ouvert les hostilités contre le régime de Kadhafi, le 19 mars. Pour protéger les civils, objectif n°1 de la résolution 1973 de l'Onu, le général Bouchard dispose d'une centaine d'avions et d'une douzaine de frégates. En fin d'après-midi, l'Otan indiquait avoir mené 90 sorties aériennes dans le ciel libyen. Elle a aussi promis une enquête, alors que, selon l'évêque catholique de Tripoli, un bombardement a tué 40 civils.

 

La CIA sur le terrain

 

Ce passage de témoins a été éclipsé par des révélations du New York Times : des agents de la CIA opéreraient en Libye, depuis plusieurs semaines, aux côtés de dizaines d'agents britanniques. Ils guideraient les frappes aériennes sur les cibles au sol. La CIA aurait aussi reçu d'Obama l'autorisation d'armer les rebelles. Mais aucune livraison ne serait encore parvenue, le débat faisant rage à Washington sur la fiabilité des insurgés, et sur la présence d'éléments d'Al-Qaida dans leurs rangs. En attendant, sur le terrain, les rebelles regroupaient leurs forces autour de Brega, réclamant des frappes de l'Otan sur les colonnes blindées de Kadhafi, qui leur permettraient de repasser à l'attaque.

 

Un lieutenant de Kadhafi déserte

 

Arrivé à Londres mercredi soir, le ministre libyen des Affaires étrangères, Moussa Koussa, a été interrogé par les services britanniques. Il serait psychologiquement affaibli. « Sa démission montre que le régime de Mouammar Kadhafi est divisé, sous pression, et s'effondre de l'intérieur », estimait, hier, le chef de la diplomatie britannique, William Hague. Moussa Koussa ne bénéficiera d'aucune immunité, affirme Londres, alors que l'Écosse souhaite interroger l'ancien chef du renseignement de Kadhafi sur l'attentat contre un avion de la Panam (270 tués) au-dessus de Lockerbie en 1988.

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Maghreb et Moyen-Orient
commenter cet article

commentaires