Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 15:46
Un vétérinaire vaccine une vache contre la fièvre charbonneuse, le 21 août 2008 dans une ferme du Doubs.

Un vétérinaire vaccine une vache contre la fièvre charbonneuse, le 21 août 2008 dans une ferme du Doubs. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

ALIMENTATION - En conséquence, les cas de résistance à l'action des antibiotiques se développent chez l'homme...

Non contents d’être accusés de la prolifération des algues vertes en Bretagne, les élevages porcins français sont montrés du doigt pour leur rôle dans le développement de l’antibiorésistance.   Ce phénomène de résistance à l’effet des antibiotiques, en forte croissance chez l’homme, serait en partie dû à la consommation d’antibiotiques dans la viande. Le rapport annuel de l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV), publié en février, chiffre à plus de 1.000 tonnes la quantité d’antibiotiques vendue en France pour les animaux en 2009.

Le record de médicaments ingérés revient aux porcs: 44% des antibiotiques vendus étaient destinés aux élevages porcins. Suivent les volailles (22%), puis les bovins (16%) et les lapins (8%). Même si la consommation d’antibiotiques baisse par rapport à 2008 (-3,9%), elle a augmenté de près de 13% depuis 1999.

Record européen du taux de résistance aux antibiotiques

Selon l’INVS (Institut de veille sanitaire), «50 % des antibiotiques produits dans le monde sont destinés aux animaux, pour les soigner ou favoriser leur croissance et ainsi accroître le rendement en viande». Problème, les antibiotiques contribuent à l’apparition de bactéries résistantes qui peuvent se transmettre à l’homme via l’alimentation. «Elles peuvent être rejetées dans l’environnement avec les excréments animaux, être présentes dans l’eau, contaminer la viande lors de l’abattage et se retrouver dans nos assiettes si la température de cuisson est insuffisante pour les détruire», précise l’INVS.

L’ANMV met aussi en garde contre le développement de  l’antibiorésistance, qu’elle qualifie de «problème de santé publique concernant aussi bien la médecine humaine que la médecine vétérinaire». Selon un rapport parlementairede 2006 sur les malades nosocomiales, «la France détient, en Europe, le record du taux de résistance aux antibiotiques, soit 50 % pour la pénicilline et 28 % pour la méticilline utilisées respectivement contre le pneumocoque et le staphylocoque doré, qui constituent les principales bactéries à l'origine des infections nosocomiales».

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans France
commenter cet article

commentaires