Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 08:14

« Le Front national devient dangereux »

lundi 21.03.2011, 06:00
Hier soir, dans son siège de campagne rue du Chemin-Vert à Boulogne, Dominique Dupilet avait la victoire amère.Hier soir, dans son siège de campagne rue du Chemin-Vert à Boulogne, Dominique Dupilet avait la victoire amère.

 

Le président du conseil général du Pas-de-Calais, Dominique Dupilet, candidat à sa propre succession dans le canton de Boulogne Nord-Ouest (une partie de Boulogne-sur-Mer et Wimereux), affrontera Michel Somville, le candidat du Front national, dimanche prochain à l'occasion du second tour.


Avec 20,47 % des voix, le candidat frontiste arrive largement derrière Dominique Dupilet (46,11 %) mais le président du conseil général ne se satisfait guère de son avance.


Nord Littoral : Quels enseignements tirez-vous de ce premier tour de scrutin ?

Dominique Dupilet : J'en retiens et je déplore une forte abstention (62,60 % dans son canton) et un Front national qui devient dangereux. C'est la traduction d'un mal-être des gens qui pensent que les politiques ne sont pas suffisamment proches d'eux. C'est ce que j'ai ressenti durant cette campagne avec des personnes qui me disaient "je vais voter si vous avez un toit à me proposer, un boulot pour mon gamin". Il y a aussi la désinformation orchestrée par l'Etat qui dit qu'il y a trop d'élus, qu'il faut supprimer les départements... et un contexte international avec le Japon et la Libye qui a beaucoup occupé les gens, à juste titre d'ailleurs.

Vous disiez avant le scrutin que les cantonales sont un vrai sondage pour la présidentielle de 2012, qu'en est-il alors ?

Nous, le parti socialiste, allons être présents partout au deuxième tour, alors que l'UMP s'effondre. C'est une claque incroyable. Quand vous voyez qu'il y a des bureaux où l'UMP ne fait même pas 10 voix ! Mais l'UMP s'effondre au profit du FN, pas au profit de la gauche. Et c'est grave.

Donc il reste un an au PS pour récupérer les voix qui sont allées au FN lors de ce premier tour ?

Bien entendu. Nous avons bien conscience que le Front national expose des problèmes qui sont réels, qui parlent aux gens dans leur vie quotidienne, mais il faut maintenant dire aux électeurs que les solutions qu'apporte le FN ne sont pas les bonnes. Et leur montrer que les alternatives que nous allons proposer pour la présidentielle sont des alternatives crédibles, ce que les gens ne croient toujours pas aujourd'hui.

D'un point de vue personnel, vous ne vous contentez pas de votre résultat du premier tour ?

Non parce que je considère que j'ai travaillé. Je fais trois points de mieux par rapport au premier tour de la dernière cantonale, mais je me retrouve face à un homme qui n'est jamais venu dans le canton et donc que les électeurs n'ont jamais vu, et qu'ils n'iront jamais voir à sa permanence puisqu'il n'en aura jamais. C'est en cela que je trouve ce résultat injuste. Même par rapport à l'UMP dont le candidat (Michel Crombet, 13,18 % des voix, NDLR) est adjoint au maire de Wimereux. Il a donc pignon sur rue et a fait du porte-à-porte... Et c'est l'autre qui gagne. Quel sera votre message aux électeurs durant cette dernière semaine de campagne ?

Je vais expliquer aux gens ce que sont les valeurs républicaines, puisque je suis candidat face au Front national, un parti qui supprimerait les libertés s'il arrive au pouvoir.

Est-ce que vous appelez la droite à un front républicain en votre faveur ?

J'attends des électeurs de droite qu'ils se réfèrent à des valeurs sûres de la démocratie républicaine. Le jour où il n'y a plus de démocratie, il n'y a plus de république, et c'est l'appel que je lance. Au premier tour, je pense que les gens ont protesté, mais que maintenant il faut construire. Les électeurs ne peuvent pas envoyer n'importe qui au département. C'est vrai dans tous les cantons puisque le PS ne va pas perdre un seul siège, et on espère encore en gagner ».

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Elections calais
commenter cet article

commentaires