En Algérie

  • Début janvier, cinq jours d'émeutes contre la vie chère ont fait cinq morts et plus de 800 blessés. Le mouvement de protestation s'est arrêté après l'annonce d'une baisse des prix des produits de première nécessité.
  • Une nouvelle manifestation "pour la démocratie" a été bloquée le 22 par la police, faisant une vingtaine de blessés à Alger.
  • Deux décès par immolation et sept tentatives depuis le 14 janvier.
  • Des milliers de personnes ont manifesté ce samedi à Béjaïa en Kabylie pour demander "un changement du régime" à l'appel d'un parti d'opposition, le Rassemblement pour la culture et la Démocratie. "La manifestation a rassemblé plus de 10.000 personnes", a assuré le président du RCD Saïd Sadi.
  • Une marche pour demander le "départ du système" est prévue le 12 février à Alger à l'appel de la toute nouvelle Coordination nationale pour le changement et la démocratie, qui regroupe des mouvements d'opposition et organisations de la société civile. Cette coordination, née le 21 janvier dans la foulée des émeutes du début janvier qui ont fait cinq morts et plus de 800 blessés, revendique la levée de l'état d'urgence, instaurée il y a 19 ans, mais surtout "le départ du système".

> Le point sur la manifestation de ce samedi en Algérie

 

Au Yémen

  • Les manifestations anti-régime se multiplient depuis la mi-janvier. Le 27, des milliers de personnes ont défilé à Sanaa pour réclamer le départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 1978. Le 29, heurts entre opposants et partisans du régime.
  • Le gouvernement a annoncé une augmentation des salaires.
  • Au moins trois tentatives d'immolation par le feu et un décès en quelques jours.

> Le point sur la situation critique au Yémen ce samedi

En Jordanie 

  • La contestation a débuté dès le 14 janvier, lorsque des milliers de personnes ont manifesté à travers le pays contre l'inflation et la politique économique. Plusieurs autres manifestations ont lieu à Amman, malgré l'annonce de nouvelles mesures sociales. Le 28, plusieurs milliers de personnes descendent dans la rue, à l'appel des Frères musulmans, réclamant un changement de gouvernement et des réformes.
  • Depuis plusieurs jours, le roi Abdallah II multiplie les initiatives pour tenter d'apaiser la grogne populaire.

 

Au Soudan

  • Les tensions politiques et les difficultés économiques ont provoqué des manifestations ces dernières semaines, et au moins un homme est mort après s'être immolé par le feu. Début janvier, des heurts avaient déjà opposé la police à des étudiants protestant contre la hausse des prix.
  • Sur Facebook, 10.000 personnes ont répondu à un appel à manifester dimanche à travers tout le pays contre "l'injustice et l'humiliation".

 

Au Sultanat d'Oman 

  • Quelque 200 personnes ont manifesté le 17 janvier à Mascate pour protester contre la cherté de la vie et la corruption, un phénomène rare dans cette monarchie arabe du Golfe.

 

En Mauritanie

  • Dès le 13 janvier, une marche et un meeting ont réuni plusieurs milliers de personnes à Nouakchott, à l'appel de l'opposition, et des élèves d'établissements scolaires ont manifesté contre la hausse des prix des denrées de base. Un homme d'affaire s'est immolé par le feu, le 17.
  • Face à la flambée des prix, le président Mohamed Ould Abdel Aziz a annoncé le 20 janvier une baisse de 30% des prix de produits de première nécessité.

 

Au Maroc

  • Trois personnes ont tenté de s'immoler par le feu le 21 janvier, une autre le 25.
  • Les autorités ont lancé des appels d'offre pour l'achat d'importantes quantités de céréales, afin d'éviter des pénuries pesant sur le climat social.