Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 11:26

Tous les Maires de France sont sous la loupe des services de l’Etat qui épluchent avec le zèle d’un ordinateur parfaitement paramétré leurs comptes administratifs. Des ratios de saine gestion sont édictés par les spécialistes des finances locales sans que jamais soient mis en adéquation les services fournis par la collectivités et ces colonnes de chiffres ou de pourcentages totalement abstraits. Il arrive aussi parfois qu’aimablement les Maires soient convoqués pour s’expliquer chez le Sous-Préfet sur des ratios réputés "?mauvais?" ou "?alarmants?". actuellement l’obsession officielle c’est le niveau d’emprunts qui rappelons le dans une collectivité territoriale ne sert qu’à… l’investissement?et donc au milieu économique. Montant de la dette…longueur du remboursement…frais financiers…capacité d’autofinancement brut… d’autofinancement net…

Les analyses pleuvent afin que les contribuables se révoltent ou simplement se mobilisent pour des augmentations dérisoires ramenées aux réalités sociales actuelles. Extraordinaire situation que celle qui voit des fonctionnaires réputés impartiaux payés par des emprunts de l’Etat dès le mois d’octobre convoquer des élus pour leur expliquer qu’il faut moins dépenser et donc diminuer les frais de fonctionnement et donc les services au public. On arrive même à ce que des élus pro-gouvernementaux s’indignent qu’une augmentation d’une fraction d’imposition locale de… l’inflation soit 2 %?!

Or on ne peut que leur conseiller de se pencher sur la situation actuelle des finances de l’Etat géré depuis maintenant 8 ans par l’UMP. La dette publique de la France a affiché un léger reflux strictement "technique" de 17 milliards d'euros au troisième trimestre par rapport au précédent, à "approximativement" 81,5% du produit intérieur brut (PIB), selon des chiffres publiés par l'Insee.

Fin septembre, cette dette qui cumule celles de l'Etat, de la Sécurité sociale et des… collectivités locales et qui est calculée selon les critères européens de Maastricht, s'élevait ainsi à 1.574,6 milliards d'euros, selon l'Institut national de la statistique. Ce niveau reste cependant toujours très largement supérieur au plafond de 60% du PIB fixé par les traités européens.

Mais qui a donc pu creuser un tel gouffre dont les apparences sont tellement trompeuses que même Bercy reconnaît que la situation est épouvantablement angoissante. A la fin du deuxième trimestre, la dette publique avait en effet culminé à 82,9% du PIB, un niveau record sur lequel le gouvernement table pour l'ensemble de l'année 2010. Ce sera l’autre record de Nicolas Sarkozy… dont il parlera fièrement lors de ses vœux avec le déficit de la balance commerciale, le nombre de chômeurs, le nombre de gens sous le seuil de pauvreté, celui de la suppression de postes dans l’éducation nationale.

Toujours selon les prévisions de l'exécutif, la dette devrait continuer de grimper à 86,2% en 2011 avant d'atteindre un pic historique à 87,4% en 2012 puis de refluer à 86,8% en 2013 et 85,3% en 2014. Tous mes collègues maires savent que je ne cesse de répéter que le pire est devant eux…ils doivent s’attendre à un tour de vis fantastique dès la fin 2012 après les élections présidentielles. Je prends date… et les naïfs qui comptent réaliser leur programme électoral avant 2014 risquent de se réveiller durement.


La contribution de l’Etat à la dette diminue ainsi de 14,1 milliards au troisième trimestre en raison d’une forte baisse (-34,4 milliards d'euros) de la trésorerie accumulée au cours du premier semestre, précise l'INSEE. La contribution des "organismes divers d’administration centrale" à la dette recule également (-10,1 milliards). A l'inverse, la dette de la Sécurité sociale continue de progresser. La contribution des administrations de Sécurité sociale augmente ainsi de 7,4 milliards d'euros dont 5,6 milliards pour le seul régime général, toujours selon l'Insee. Les collectivités locales ont réussi à juguler leurs dépenses et ont malheureusement diminué leurs investissements et vont le faire en 2011 et plus encore en 2012 et 2013?! Objectif clé du budget 2011, la réduction drastique du déficit public de la France, abyssal depuis la crise, doit permettre à Paris d'honorer ses engagements européens à l'horizon 2013 sur ce point du moins. Mais la dette publique devrait rester longtemps encore à des niveaux très élevés et le paiement des seuls intérêts de la dette pourrait devenir pour la première fois, dès 2012, la principale dépense du pays. Incroyable gestion qui fait que l’avenir se prépare désormais non pas avec un budget destiné à l’éducation et à la recherche comme ce fut toujours le cas dans les 50 dernières années mais pour… le profit des marchés financiers?! Jusqu’où ira-t-on?? Quel représentant de l’Etat osera reprocher à un Maire un ratio d’endettement légèrement supérieur à la moyenne?alors qu’il est obligé d’équilibrer au minimum son budget annuel??

Plus un seul euro pour l’investissement car l’Etat fait la quête en permanence pour arriver à créer des équipements structurants. Il transfère chaque jour, dans tous les domaines, ses responsabilités régaliennes vers les conseils généraux et les communes. Sécurité des biens et des personnes ? Les Maires?! Grenelle de l’environnement?? Les Maires?! Rythmes scolaires?? Les maires. Equité sociale?? les conseils généraux?! Enfance, jeunesse?? Les Maires. Construction de logements et casernes pour les gendarmes?? Les Maires?!… De partout pleuvent les transferts et pendant ce temps l’endettement continue puisque les exonérations sociales, l’évasion fiscale, le refus de décréter un état d’urgence solidaire avec une contribution généralisée de tous les revenus, la loi du profit… se poursuivent de manière dogmatique et politicienne.

Mais les Maires ont bon dos?: ce sont désormais les seuls qui vont fixer des taux d’imposition en direct avec les contribuables. Le baratin bling-bling rassurant au chef de l’Etat français va une fois encore contraster avec les mains dans le cambouis des réalités à celles et ceux qui sont en prise avec le quotidien?!

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique
commenter cet article

commentaires