Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 10:10

 

 

La Honte de la France

  

_4-10-07-2.jpg

Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne

L'interpellation du député Gilles Cocquempot a fait couler de l'encre, les pixels des écrans d'ordinateurs n'en reviennent pas eux-mêmes: la justice a été particulièrement clémente avec un récidiviste qui conduit ivre au volant et refuse à plusieurs reprises de se soumettre aux contrôles d'alcoolémie en invoquant son immunité parlementaire. Gilles Cocquempot, le parlementaire socialiste de la 7éme circonscription du Pas de Calais, regroupant entre autre Audruicq et Oye-Plage, a été condamné à 4 mois de prison avec sursis pour conduite en état d’ivresse et refus d’obtempérer. Son permis a été annulé et il devra aussi faire l’objet d’un suivi médical. Cette condamnation s’ajoute a celle prononcée en 2003 pour des faits similaires.

Vendredi 23 septembre 2005, un habitant d'Arras de 35 ans auteur de multiples infractions  se fait arrêter sous l'emprise de l'alcool par la police à Comines. Il a fait l'objet d'une comparution immédiate et écope de 6 mois de prison ferme.

 

 Rappel des faits

 

Un député poursuivi pour avoir refusé

  

de se soumettre à un test d'alcoolémie

 

FR3LILLE, 14 avr 2005 (AFP)

 

 

 

Un député du Pas-de-Calais, déjà sous le coup d'une condamnation avec sursis pour conduite en état d'ivresse, a refusé de se soumettre à un contrôle d'alcoolémie à la suite d'un accident et risque la révocation de son sursis, a-t-on appris jeudi de source proche de l'enquête. Gilles Cocquempot, député (PS) de la 7e circonscription du Pas-de-Calais, a perdu le contrôle de son véhicule et fini sa course sur un terre-plein le 8 février dernier vers 5H00 à Saint-Folquin, près de Saint-Omer (Pas-de-Calais). Dans leur procès-verbal, les gendarmes ont noté que le député, "manifestement sous l'emprise d'un état alcoolique", a refusé à plusieurs reprises de se soumettre à un contrôle d'alcoolémie, en invoquant son immunité parlementaire. Selon le quotidien Nord Littoral, l'élu invoque pour sa part "un simple état de fatigue après une journée harassante" à Paris. En août 2003, M. Cocquempot avait été contrôlé alors qu'il conduisait avec un taux d'alcoolémie de 1,6 gramme par litre de sang. Il avait été condamné un mois plus tard à un mois de prison avec sursis et 300 euros d'amende. Le député doit à nouveau comparaître le 12 mai devant le tribunal correctionnel de Saint-Omer. Il encourt cette fois deux ans d'emprisonnement, 4.500 euros d'amende, trois ans de suspension du permis de conduire et risque une mesure d'inéligibilité. Son avocat, Me Antoine Deguines, souligne que la révocation du sursis n'est pas automatique, mais laissée à l'appréciation du juge.

Gilles Cocquempot nie les faits

Les faits

M. le député Gilles Cocquempot comparaissait le jeudi 9 juin à 9h au tribunal de Béthune pour conduite sous l'empire de l'alcool.

Le député nie les faits reprochés.

Le député a refusé de s'exprimer.

Me Puech notre avocate se portait partie civile pour la Ligue Contre la Violence Routière

L'avocat du député paraît bien embarrassé pour justifier la conduite de son client qui aurait refusé le contrôle d'alcoolémie parce qu'il avait un antécédent (il avait déjà été condamné pour conduite avec alcoolémie).

Me Puech a dénoncé la conduite scandaleuse du député: il a invoqué son immunité parlementaire pour se soustraire au contrôle d'alcoolémie. Me Puech argumente: il était fatigué selon ses dires, qu'il se fasse raccompagner, les députés ont souvent des chauffeurs.

Délibéré le 28 juin à 9 heures

Ce jour là, il a bien un chauffeur dans sa voiture officielle.

Visiblement la caméra dérange

 

  4-10-07-2

 

 

Quatre mois de prison avec sursis pour le député récidiviste

Le député de Calais avait déjà été condamné le 23 septembre 2003 pour conduite en état d'ivresse avec un mois de prison avec sursis, mise à l'épreuve, 6 mois de suspension de permis.

Le 28 juin le récidiviste est condamné à 4 mois de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve, annulation de permis avec interdiction de le repasser avant 2 mois, obligation de soin (alcoolisme). 

Un citoyen comme un autre? Non, à mon sens, il est doublement responsable: une fois en qualité de citoyen qui doit observer les lois, une autre en qualité d'élu qui représente le peuple.

Quel exemple a t-il donné aux Français? Ce prince déchu de la république peut-il s'estimer au dessus des lois? Il ne s'est même pas déplacé pour l'audience pour faire comprendre qu'il était désolé d'avoir agi de cette façon. Il se moque du système judiciaire, il se moque de nous.

A force de se montrer magnanime avec des individus qui nous traitent par le mépris, il y a souvent escalade. Faudra-t-il attendre l'irréparable pour s'apercevoir que quelqu'un ne veut pas comprendre? il est inutile de lui laisser une nouvelle chance, cela n'est pas pédagogique. Une peine qui aurait provoqué on inéligibilité nous aurait satisfait. Le caractère honteux de son comportement (il a même osé invoqué son immunité parlementaire pour se soustraire plusieurs fois aux contrôles d'alcoolémie) décrédibilise la classe politique, cela détruit les efforts des associations qui oeuvrent pour le changement des mentalités. Avec un tel mauvais exemple venant d'une personne aussi en vue comment faire comprendre au citoyen qu'il faut respecter le code de la route?

Si M. Cocquempot était venu à l'audience, je lui aurais offert mon éthylotest électronique, il en a bien plus besoin que moi!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Faits Divers
commenter cet article

commentaires