Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 10:45

Un père se met en grève de la faim

vendredi 04.02.2011, 06:00

«Marre du racisme et des insultes» dit la banderole. 
«Marre du racisme et des insultes» dit la banderole.

 

La famille du jeune Toufik Aït Touret est excédée. Voilà trois mois que le collégien fait l'objet de propos racistes de la part de plusieurs camarades de classe.


C'est pour faire comprendre à ces adolescents la souffrance que peuvent engendrer leurs mots que Mohand, le père de Toufik, a entamé une grève de la faim.


Dans la rue du 29-Juillet la banderole déployée par la famille Aït Touret fait l'attraction. L'objectif est atteint, mais ne suffit pas à apaiser sa souffrance et son sentiment d'abandon. Ce n'est pas la première fois que cette famille est victime de propos et d'actes malveillants. L'année dernière, signale Pierrette Aït Touret, dix-sept croix gammées ont été tracées sur la façade de leur maison. Depuis trois mois, leur fils Toufik, 14 ans, subit la pression de plusieurs autres élèves du collège des Dentelliers. « Il le traitent de "bougnoule", de "macaque". Il lui disent "ton père c'est Ben Laden" » dénonce la mère du collégien.

Un incident a précipité les choses. Au retour d'une absence momentanée de sa classe, Toufik a retrouvé sa chaise souillée d'une croix gammée à l'encre rouge sous son prénom. « On le sait qu'il y en a qui font des croix gammées » dit Mohand Aït Touret, « mais là c'est le fait qu'il y avait le prénom de mon fils avec. » La situation s'est envenimée. Toufik en est venu aux mains et a été exclu provisoirement du collège : « L'autre gosse a eu huit jours d'ITT, ce n'est pas bien d'en arriver là » reconnaît Mohand Aït Touret, « mais pourquoi, dans ce cas-là, il y a des sanctions tout de suite, et quand mon fils se fait insulter, il ne se passe rien ? » Le père de Toufik n'est pas haineux, il est en colère. Il l'est surtout parce qu'il a le sentiment que les auteurs de ce geste raciste resteront impunis. « On veut porter plainte, mais les policiers ne prennent que des mains courantes. Ça reste sans suite.  » Il reconnaît, du reste, que son fils n'a pas toujours un comportement exemplaire au collège : « Il est turbulent et il répond comme un adulte quand on lui dit quelque chose. Mais ce n'est pas une raison pour qu'il subisse ça. » Selon la mère du collégien, le principal des Dentelliers s'est engagé à faire suivre au procureur les actes racistes dont a été victime Toufik. Suite à la bagarre, le collégien passera en conseil de discipline dans une quinzaine de jours. En attendant, il ne va plus à l'école.

Mohand Aït Touret s'efforce même de comprendre ce qui motive le racisme. Il pense que « les gens font des amalgames avec ce qu'ils voient à la télé.

Je suis algérien d'origine kabyle. Je connais mes racines, mais j'ai tout fait pour m'intégrer. J'ai appris le français, je vis comme tout le monde. J'élève bien mes enfants : ils ne se droguent pas, ne fument pas et ne volent pas. J'ai la barbe mais je ne vais pas à la mosquée. Je mange du porc, mes enfants aussi, je n'ai aucun problème avec ça. » Le père de famille a entamé une grève de la faim « pour que les gens comprennent, et surtout pour que les parents des gamins qui insultent mes enfants leur fasse comprendre ce qu'ils font. » Depuis quatre jours, il ne consomme que du café et de l'eau. La famille Aït Touret attend le soutien de SOS Racisme. Elle songe aussi à quitter Calais.

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Faits Divers
commenter cet article

commentaires