Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 15:43

 

Chantal Brunel, députée UMP

Une députée du parti du président Nicolas Sarkozy a suggéré mardi de remettre "dans les bateaux" les immigrants clandestins venant de Méditerranée. Par ailleurs, le ministre italien de l'Intérieur a déclaré qu'il veillerait à ce que la visite de Marine Le Pen à Lampedusa ne vire pas à la propagande.

""Il faut rassurer les Français sur toutes les migrations de populations qui viendraient de la Méditerranée. Après tout, remettons-les dans les bateaux ! a déclaré à la presse la député Chantal Brunel, ancienne porte-parole de l'UMP.
   
Vendredi dernier, le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, avait demandé aux autorités italiennes de "retenir" sur leur territoire les migrants arrivés clandestinement de Tunisie depuis la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali en janvier et qui cherchaient à gagner la France.
  
"Le temps n'est plus à la parole mais aux actes et aux décisions", a encore dit Chantal Brunel. Marine Le Pen, dirigeante du parti d'extrême droite, le Front National, "n'a aucune solution à proposer. Nous, on doit montrer qu'on a des solutions", a-t-elle ajouté. "On doit assurer la sécurité en France et rassurer les Français", a-t-elle conclu. 

Le vent en poupe

Ces propos ont provoqué l'indignation de l'opposition de gauche, qui a dénoncé un nouveau "dérapage" et la "surenchère permanente entre la droite et l'extrême droite".
   
Le patron de l'UMP, Jean-François Copé, a déclaré mardi soir qu'il "désapprouvait" les propos de la députée, sans autre commentaire.
 
En fin de journée, l'intéressée a déclaré au site de l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur qu'elle regrettait que ses propos aient choqué, sans s'amender sur le fond.
   
Selon un sondage Harris Interactive publié lundi par le journal Le Parisien, Marine Le Pen est créditée de 24% des intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle. Elle devance le socialiste Dominique Strauss-Kahn, actuel patron du FMI (23%), et le président sortant Nicolas Sarkozy (20%), qui serait donc éliminé au premier tour.
   
A droite, à l'inverse de la proposition de Chantal Brunel, plusieurs ténors de l'UMP plaidaient mardi pour une clarification du discours de la majorité et une démarcation très nette avec le Front national de Marine Le Pen.
   
Plusieurs élus estiment que le lancement par la droite d'un nouveau débat sur la laïcité et la place de l'islam dans la société et les récentes déclarations de Nicolas Sarkozy sur l'"héritage chrétien" de la France ont surtout profité au FN, en campagne contre "l'islamisation" du pays.

L'Italie craint la visite de Marine Le Pen à Lampedusa

Dans ce contexte de surenchère, le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni a déclaré jeudi soir qu'il veillerait à ce que la visite prévue lundi par la dirigeante du Front national (FN) Marine Le Pen sur l'île italienne de Lampedusa ne soit pas utilisée à des fins de propagande.
   
"Nous veillerons à ce que (cette visite) ne soit pas utilisée à des fins de propagande dans le cadre de la politique intérieure française", a mis en garde le ministre, interrogé sur la visite de Marine Le Pen lors du journal télévisé de la chaîne privée La7.
   
"J'espère que personne ne va là-bas pour jeter de l'huile sur le feu. la situation est très délicate à Lampedusa, nous devons faire face à une situation d'urgence sans précédent", a-t-il ajouté.
 
"J'espère qu'elle ne causera pas de dommages", a encore affirmé le ministre, qui fait partie lui-même de la Ligue du Nord, le parti au discours anti-immigrés et populiste membre de la coalition gouvernementale de droite dirigé par Silvio Berlusconi.

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Economie
commenter cet article

commentaires