Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 07:54

Une famille calaisienne se déclare victime de propos racistes et de violences verbales   Le regard raciste éternel en France

vendredi 04.02.2011, 05:07  - La Voix du Nord

 Pierrette et Mohand Aït Ouret ont dix enfants et sont installés depuis 18 ans à Calais. PH.JEAN-PIERRE BRUNET
Pierrette et Mohand Aït Ouret ont dix enfants et sont installés depuis 18 ans à Calais. PH.JEAN-PIERRE BRUNET

|  PROTESTATION |

En donnant un caractère public à ce qu'elle dénonce comme des actes de racisme,

 

une famille calaisienne ne prend-elle pas le risque de voir ses accusations se retourner contre elle ? Pierrette et Mohand Aït Ouret ne s'attardent pas sur cette question. Persuadés d'être les victimes d'actes racistes répétés, ils adoptent une posture qui les amène à étendre sur la façade de leur maison, rue du 29 juillet, une banderole qui se veut être un cri de révolte.

Pierrette et Mohand Aït Ouret protestent ainsi contre ce qu'ils jugent être de l'inertie, à propos des insultes dont seraient victimes deux de leurs dix enfants, Toufik et Zaïna, 14 et 13 ans, scolarisés au collège des Dentelliers. « On traite mes enfants de macaques, de bougnoules. On leur dit que leur père, Algérien, c'est Ben Laden, parce qu'il porte une barbe et a les cheveux frisés » rapporte la maman.

« Mon fils n'est pas un saint et mon mari a déjà eu des démêlés avec la justice à la suite d'une altercation avec un enseignant de l'école Franklin-Stéphenson » poursuit Pierrette Aït Ouret. « C'était pendant une période compliquée pour nous, car nous venions de perdre un enfant ». Quant à Toufik, « il a été exclu du collège pour avoir frappé un camarade de classe. Pourtant, cela fait un mois et demi que j'alerte le principal sur les insultes dont mes enfants sont victimes. Toufik n'aurait pas dû faire ça, mais c'est suite à une énième insulte, il en a eu marre ».

Un comportement violent mis en évidence à plusieurs reprises sur son carnet de correspondance, et par une précédente présentation devant le conseil de discipline. « C'est sûr que mon fils n'est pas un saint, mais on le pousse dans ce sens », explique sa mère, qui rapporte encore que son fils a photographié des croix gammées inscrites sur sa chaise, en classe, sous son prénom. « Il y a deux ans déjà, dix-sept croix gammées avaient été peintes sur la façade de notre maison ». Et de conclure : « Est-ce qu'il ne s'agit pas là de discrimination ?

 ».

Cette appréciation n'est pas partagée au sein de l'Education nationale : « l'exclusion d'un élève est une mesure prise après une mûre réflexion, devant un conseil d'administration, avec une énumération des faits et l'élève a le dernier mot et peut s'exprimer ».

De son côté, le principal des Dentelliers, M. Thorel, assure que toutes les affaires sont prises en compte avec la même considération. « Nous traitons cette affaire. Le dossier est dans les mains du procureur de la République. Et nous traitons aussi l'affaire d'agression dont a été l'auteur ce même élève ». Quoi qu'il en soit, « on ne se fait pas justice soi-même. Il y a des règles à respecter. À la justice, désormais, de se prononcer sur cette affaire. • P. M.

 

 

Le regard raciste éternel en France

 

  
Et les partis politique de Gauche ?

Philippe Blet débauche la suppléante de Philippe Vasseur aux cantonales

lundi 22.11.2010, 05:05 - La Voix du Nord

 Malika Bouazzi, ex-suppléante de Philippe Vasseur pour les cantonales, rejoint le MSDC de Laurent Lenoir et Philippe Blet.Malika Bouazzi, ex-suppléante de Philippe Vasseur pour les cantonales, rejoint le MSDC de Laurent Lenoir et Philippe Blet.

|  POLITIQUE |

C'est ce qu'on appelle une prise de guerre. Suppléante du conseiller général

 

socialiste Philippe Vasseur pour les cantonales de mars prochain dans le canton de Calais Centre, Malika Bouazzi a annoncé samedi qu'elle rejoignait le MSDC de Philippe Blet. « Le socialisme dans le Calaisis, je n'en peux plus. Lors d'une réunion, on m'a dit que je ne représentais que 4 % d'une certaine communauté ethnique, s'indigne l'ex-candidate socialiste d'origine maghrébine. Je ne suis qu'un visage à mettre sur une affiche pour rapporter des voix. J'ai l'impression que le PS calaisien est devenu raciste. » Tout au long de la conférence de presse, les attaques contre le système socialiste s'enchaînent. Outre Malika Bouazzi, trois autres personnes sont présentes pour crier haut et fort leur soutien au parti de Philippe Blet. Ex-militant socialiste, Valéry Duval a en lui eu assez « d'un système qui s'apparente à une secte. J'ai rendu ma carte au mois d'octobre quand j'ai constaté que malgré le refus des militants,
Philippe Vasseur serait le candidat du PS. On ne respecte plus l'avis de la base.
» De son côté, Malika Bouazzi réfute tout transfert à visée électorale. « Je ne viens pas pour briguer un poste de suppléante aux cantonales de mars avec le MSDC. Je perds mon statut de suppléante pour devenir simple militante. Après, je ne sais pas encore qui les responsables du MSDC choisiront comme suppléants... ». « On n'a recruté personne, ces gens sont venus spontanément nous rejoindre », se défend le président du MSDC. La nouvelle membre de son parti explique craindre des représailles de la part de ses désormais ex-camarades politiques. « Je sais de quoi ils sont capables de ce côté-là. Je pense que mon téléphone ne va pas arrêter de sonner dans les prochains jours... » A-t-elle averti Philippe Vasseur qu'il allait devoir chercher une autre suppléante pour mars prochain ? « Non, il apprendra ça par la presse comme tout le monde. » Le conseiller général appréciera. •
 
Jack lang Bravo Sarko
 
 

Sangatte : Lang tire
son chapeau à Sarko

Le député socialiste de Boulogne-sur-Mer salue l'efficacité du ministre de l'Intérieur.

Le député PS du Pas-de-Calais Jack Lang a félicité jeudi Nicolas Sarkozy pour son action à Sangatte, soulignant qu'il avait «traité ce sujet efficacement». 
«Je ne suis pas toujours en accord avec la politique de Nicolas Sarkozy (...) mais sur ce dossier très précis que les habitants ici ont vécu douloureusement, je dis chapeau, chapeau à Nicolas Sarkozy», a lancé Jack Lang, invité de France-2. Et ce pour «avoir traité ce sujet méthodiquement, efficacement, humainement en temps et en heure et en associant dans un esprit républicain l'ensemble des élus».

"Un professionnel"

Si «beaucoup de bonnes choses ont été faites précédemment, c'est vrai que ce ministre-là, je n'en dirai pas autant de tous les autres, est un ministre professionnel qui fait bien son travail», a ajouté Jack Lang. 
Face à la question des réfugiés, l'ancien ministre de la Culture a estimé qu»'une des raisons pour lesquelles il y a eu Sangatte, c'est les difficultés d'organiser en France le droit d'asile». Mais «la cause principale de cette situation vient d'une absence de politique européenne de l'immigration, il faut y travailler, et deuxièmement de ce fossé insupportable qui se creuse entre les pays pauvres et riches». AP 
Droite et FN déterminé   /  Ambiguïté à gauche
Ne pas froisser les électeurs
 
Pour Jack Lang, Sangatte n'est pas un refuge

FRANCE : L'ancien ministre confronté au FN, près du centre de réfugiés

Pour Jack Lang, Sangatte n'est pas un refuge
Pour Jack Lang, Sangatte n'est pas un refuge
Pour Jack Lang, Sangatte n'est pas un refuge DDM

Vote d'adhésion au Front national ou vote de protestation ? A Calais, la question occupe plus que jamais les esprits, et singulièrement ceux des candidats aux législatives.

Comment interpréter là-bas les scores du FN, réalisés à l'occasion des présidentielles (18,48 % et 21,72 % au second tour), bien devant les autres familles politiques? Comment expliquer surtout ce résultat dans la plus grande ville de province à direction communiste?

Sur les deux circonscriptions de Calais, ce score lepéniste n'annonce- t-il pas quelques déroutes pour les candidats traditionnels, les 9 et 16 juin? A l'échelle des sixième et septième circonscriptions du Pas- de-Calais, l'analyse des chiffres des présidentielles n'est en effet pas rassurante. Dans l'ensemble des communes rurales de l'arrière- pays calaisien, le vote lepéniste a souvent dépassé la barre des 30 %, sans raison apparente; la délinquance y est en effet négligeable et l'insécurité peu développée. Sans doute faut-il donc imputer ce vote de rejet à la présence du centre d'hébergement de Sangatte (petite commune du bord de mer), où des milliers de réfugiés, hommes, femmes et enfants, affluent depuis trois ans pour tenter clandestinement une traversée vers l'Angleterre.

FORTE HOSTILITE

L'installation de ce centre géré par la Croix Rouge, et implanté pour d'évidentes raisons humanitaires, se heurte aujourd'hui à une contestation très forte de la population. Les habitants de Sangatte réclament ainsi la fermeture de ce centre, et ils ont saisi l'occasion des présidentielles pour déposer dans l'urne un bulletin jaune, témoignant de cette volonté: 245 de ces bulletins ont ainsi été enregistrés sur un total de 636 votants...

Dans ces conditions, les candidats du FN aux législatives ne risquent- ils pas de profiter de cette exaspération grandissante? Même en l'absence d'ancrage sur le terrain, ces derniers pourraient en effet faire de l'ombre à des partis traditionnels essoufflés, et dont l'extrême éparpillement risque encore de brouiller les cartes. Sur la sixième circonscription, on ne compte ainsi pas moins de 20 prétendants, un record régional! Dans cette forêt d'opposants, Jack Lang parviendra- t-il lui-même à s'imposer? Candidat sur la sixième, « parachuté » selon ses adversaires, l'ex-ministre a jeté son dévolu sur une « terre de batailles » qu'il « connaît bien ».

Riche de ce savoir neuf, il s'emploie aujourd'hui à convaincre que sa candidature n'est pas de circonstance. Mais son engagement, un rien décalé dans un fief populaire, ne risque-t-il pas d'ajouter encore à la confusion et de provoquer un rejet parmi les électeurs?

Correspondance de

Pascal MARTINACHE

 

 

 

La rumeur circule depuis le début de la semaine mais de gros doutes subsistent

Pas de mosquée à la place du Crédit Lyonnais

L'ancien bâtiment du Crédit Lyonnais est au coeur de folles rumeurs.L'ancien bâtiment du Crédit Lyonnais est au coeur de folles rumeurs.

 

Un courrier anonyme reçu par la presse en début de semaine a semé le trouble. Un projet de mosquée pourrait naître sur le site de l'ancien bâtiment du Crédit Lyonnais, boulevard Jacquard.


Une rumeur qui tourne au canular.


Paul Rolland. Un soi-disant agrégé de l'université. L'homme est inconnu au bataillon lorsqu'on cherche son nom et sa fonction sur internet. Sans son "prestigieux" titre universitaire, on trouve des liens avec l'extrême-droite. Toujours est-il que le courrier que ce Paul Rolland, un nom d'emprunt visiblement, a envoyé en début de semaine aux divers médias calaisiens a fait parler de lui.

L'homme, selon ses sources, affirme que l'immeuble du Crédit Lyonnais, situé au 52 boulevard Jacquard, sera « transformé en mosquée courant 2011, avec, dans ses étages, l'installation d'une merdesa (terme arabe pour désigner une école) et un centre de formation coranique  ». Le tout, selon lui, de « répondre aux attentes des nombreux émigrants en transit dans la région calaisienne  ».

Dans son courrier, le fameux Paul Rolland affirme que « beaucoup de commerçants, proches du 52 boulevard Jacquard, ont vu des voitures immatriculées près de l'ambassade d'Iran en Belgique (sic) stationnés devant l'immeuble ou à proximité attendant la fin des visites de leurs occupants ». Selon l'auteur de cette lettre anonyme, les commerçants « s'en seraient émus ». Sauf que tous les commerçants situés près du bâtiment du Crédit Lyonnais affirment n'avoir « rien vu de particulier » depuis des mois (lire ci-dessous). Même la communauté musulmane de Calais et l'ambassade d'Iran basée en Belgique certifient ne pas « être au courant de ce projet de mosquée ».



Une blague ?



La vague d'islamophobie qui règne sur la France en ce moment (NDLR : un récent sondage a montré que pour 42 % des Français, l'islam représente "plutôt une menace") pourrait avoir donné l'idée à un petit plaisantin de vouloir faire une mauvaise blague. Il y a quelques années, un Calaisien d'une cinquantaine d'années, surnommé le Chercheur, connu surtout pour ses problèmes mentaux, avait fait déplacer un agent immobilier de Lille pour lui faire croire qu'il souhaitait racheter le bâtiment. Il avait déjà fait le coup quelque temps auparavant à un agent immobilier calaisien en cherchant à le convaincre qu'il voulait ouvrir « un lieu destiné à la dégustation de café » également sur le boulevard Jacquard. La supercherie n'avait pas duré longtemps. Cependant, rien ne prouve pour le moment que ces épisodes et cette lettre anonyme soient deux affaires liées.

Le seul point troublant dans cette affaire est le comportement de l'agence immobilière lyonnaise, qui est en charge de la vente de l'immeuble depuis novembre  2010 et qui refuse de démentir cette rumeur : « Nous ne sommes pas habilités à communiquer sur le sujet pour des raisons de secret professionnel », déclare l'un des gérants de la société. Contacté, un agent immobilier calaisien explique la démarche : «  S'ils ne veulent pas démentir, c'est qu'ils ont de bonnes raisons. Cela permet d'augmenter le prix d'achat de l'immeuble. Avec ce genre de rumeurs, ils ont tout à gagner dans cette histoire ».

La société immobilière lyonnaise confirme le fait que deux offres ont déjà été faites et sont étudiées pour le rachat de la bâtisse sans en dire davantage.

Le prix de l'immeuble de l'ancien Crédit Lyonnais est fixé à 650 000 euros. Le bâtiment compte un rez-de-chaussée de 495m², un sous-sol aménageable de 350m² et une superficie de 688m² pour les étages. Cela fait dix ans que le bâtiment, construit en 1924, est mis en vente. Mais il continue à susciter les convoitises tout comme les folles rumeurs.

Vincent PIHEN

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Faits Divers
commenter cet article

commentaires