Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 13:27

Drogues : soixante personnes interpellées par quatre cents gendarmes et policiers hier

mardi 29.03.2011, 05:08  - PAR DAVID SAGOT

 Les interpellations se sont déroulées à partir de 6 heures, hier matin. PHOTO JEAN-PIERRE BRUNETLes interpellations se sont déroulées à partir de 6 heures, hier matin. PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

| ON ENPARLE |

Hier, une vaste opération de police et de gendarmerie à Calais a mobilisé deux cents policiers et autant de gendarmes afin d'interpeller une soixantaine de personnes impliquées dans un trafic d'herbe de cannabis. Une première dans le Calaisis.

 

Une soixantaine de personnes arrêtées au petit matin en même temps dans plusieurs endroits différents : de mémoire de policier et de gendarme, cette opération constitue une première dans le Calaisis. Voilà plusieurs mois, depuis septembre 2010 pour être précis, que le commissariat de Calais et la compagnie de gendarmerie de Calais travaillent sur ce vaste coup de filet.

L'opération, qui a abouti à une soixantaine d'interpellations, a été déclenchée peu avant 6 heures. Au Beau-Marais, les forces de l'ordre étaient notamment postées rue Roger-Chaffée ainsi qu'au bas de trois à quatre autres immeubles du quartier. Rue Roger-Chaffée, une grande barre HLM était littéralement cernée. Arrivées dans des voitures banalisées, les forces de l'ordre se sont divisées en deux segments : un consacré à surveiller les entrées et sorties de l'immeuble, l'autre dans le bâtiment, chargé d'interpeller les suspects. Même chose un peu plus loin, dans une résidence proche de l'avenue Toumaniantz. Les forces de l'ordre étaient là beaucoup plus apparentes. Dès six heures, plusieurs fourgons attendaient sur le parking en bas.

Pendant ce temps, policiers et gendarmes fouillaient les appartements. Les interpellations se sont succédé durant deux bonnes heures. Plusieurs jeunes hommes en survêtement sont descendus menottés, entourés de représentants de la loi. Ceux-ci ont également intercepté deux pré-adolescents, qui effectuaient des allers et retours suspects entre l'entrée de la résidence et une allée de buissons en face. Le déploiement des forces de l'ordre était également important dans le quartier du Fort-Nieulay. rue d'Ajaccio, on a notamment vu une brigade spécialement venue de la région parisienne. Les membres de cette brigade étaient encagoulés et fortement armés.

Au total, 170 gendarmes du département, issues des compagnies de Calais, Arras, Béthune, Saint-Omer et Montreuil-sur-Mer, ont travaillé sur cette opération.

Une trentaine de militaires basés en Guadeloupe et à Toulouse ont également été mobilisés. Deux cents policiers ont également participé à l'opération. « C'est une opération très importante au niveau des moyens mis en oeuvre », juge le commandant de la compagnie de gendarmerie de Calais. Une centaine de véhicules (voitures, fourgons et motos) ont été nécessaires à cette opération.

Diligenté par deux juges d'instruction du tribunal de Boulogne-sur-Mer, ce coup de filet a abouti précisément à soixante et une interpellations (dont cinq à Toulouse), parmi lesquelles il faut compter cinq mineurs. Les prévenus ont été placés en garde-à-vue. Les auditions ont été prolongées. Le tribunal de Boulogne-sur-Mer n'a pas souhaité communiquer sur les liens entretenus entre les prévenus : s'agit-il d'un ou plusieurs réseaux ? Quelle quantité d'herbe saisie ? Autant de questions qui restent pour l'heure en suspens, et trouveront probablement leur réponse dans les jours qui viennent.

Repost 0
Published by conscience politique - dans Calais Beau-Marais
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 15:04

Ce matin vers 11h30, je reçois un message des pompiers sur le téléphone d’astreinte (je suis adjoint d’astreinte cette semaine). Je me rends sur les lieux : rue Gagarine. Je monte les 4 étages par l’escalier parsemé de détritus ; j’arrive à l’appartement. Le SAMU, les pompiers étaient déjà sur place. Je vois que quelque chose ne va pas. Leur regard est inhabituel. Je rentre dans l’appartement et là je découvre l’innommable, l’insupportable, la réalité toute nue, un homme cadavérique allongé à terre. Un mot me vient à l’esprit : Auschwitz

Cet homme est mort : misère physiologique sur le rapport médical

Cet homme est mort abandonné. Cet homme est mort par la lâcheté des autres Hommes. Cet homme est mort par l’irresponsabilité des autres Hommes. Les chiens sont mieux traités.

Mais ou était donc les services de tous poils ? Mais ou étaient donc l’agent de proximité ?

Les locataires ne sont pas des numéros de dossiers. Ceux des hommes et des femmes, avec leurs espoirs et leurs désespoirs.

Je le dis et je le répète au haut fort si nécessaire depuis 1995. Il faut ré-humaniser les immeubles, sinon,  ils sont ou deviendront des zones de non-droits, où les règles de la société ne seront plus appliqués : même celles de la Solidarité.

Par Philippe BLET
Repost 0
Published by conscience politique - dans Calais Beau-Marais
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 15:08

Faits divers

L'opération de police au Beau-Marais a mobilisé plus de 40 hommes

Dissuader mais aussi rassurer

vendredi 24.12.2010, 06:00

Les policiers calaisiens ont aussi procédé à des fouilles de véhicules. Les policiers calaisiens ont aussi procédé à des fouilles de véhicules.

 

A la demande du préfet du Pas-de-Calais, une importante opération de sécurisation et de lutte anti-drogue a été organisée hier après-midi par le commissariat de Calais, dans le quartier du Beau-Marais.




C'est un impressionnant cortège d'une vingtaine de voitures de police qui a quitté hier, vers 17h, le commissariat de Calais en direction du quartier du Beau-Marais. A la demande du préfet du Pas-de-Calais, Pierre de Bousquet de Florian, le commissariat de Calais a organisé une vaste opération de sécurisation et de lutte anti-drogue dans quatre immeubles d'un des secteurs les plus à risques de Calais. Elle fut dirigée par le commissaire Jean-Philippe Madec, aidé par son adjoint, Guillaume Fauconnier. La Direction Départementale de la Sécurité Publique était représentée par le chef d'Etat Major Haroun.

Une fois arrivée sur le parking, la quarantaine de policiers mobilisée a investi les lieux. Répartis en deux groupes, les forces de l'ordre ont fouillé les entrées, les paliers et les cages d'escaliers. Un chien renifleur a inspecté chacun de ces endroits à la recherche d'odeur suspecte ou de produits de stupéfiants. L'animal servait aussi à rechercher d'éventuels produits suspects dans certains véhicules contrôlés.

Au bout d'une heure de recherches, les policiers mettent fin à l'opération. Ils n'ont rien trouvé mais leur simple présence sur place suffit à atteindre l'objectif recherché : « Nous devons montrer à la population locale que la police reste maître de ce secteur, affirme le préfet du Pas-de-Calais. Le Beau-Marais ne doit pas être une zone de non-droit gérée par des petits voyous qui terrifient les honnêtes gens ».

Le coup fut réussi. Bon nombre de personnes étaient à leur fenêtre pour regarder les policiers en action. Certains jeunes du quartier, qui trainaient dehors, n'avaient pas l'air bien rassurés : « Cette action se veut dissuasive vis-à-vis des délinquants, car ils s'aperçoivent que nous sommes présents et que nous sommes déterminés à destabiliser les réseaux mis en place dans le quartier, notamment en ce qui concerne les stupéfiants », poursuit Pierre de Bousquet de Florian.

Elle a eu le don aussi de rassurer un peu plus la population locale : « On vit dans la terreur raconte une dame au préfet venu à sa rencontre.

On a peur de sortir le soir ainsi que d'éventuelles représailles. Des gens se font voler, agresser... Ce n'est plus vivable. Il faudrait que la police vienne plus souvent
». Et Pierre de Bousquet de Florian de la rassurer en promettant que « la police passera puis repassera puis repassera aussi souvent qu'il le faudra ».

Vincent PIHEN ;

photos : Gauthier HÉNON
Repost 0
Published by conscience politique - dans Calais Beau-Marais
commenter cet article