Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 09:29

Poutine déconseille à l'Occident de se mêler des révoltes arabes

Vladimir Poutine, Premier ministre russe, a mis en garde jeudi l'Occident contre des ingérences dans les révoltes populaires balayant actuellement le monde arabe, affirmant qu'elles favoriseraient la mise en place de régimes extrémistes.

"Il faut donner aux peuples la chance de choisir leurs propres destin et avenir. Donnez-leur l'occasion de déterminer leur destin par des moyens naturels et non pas par le biais d'ingérences extérieures", a-t-il dit à Bruxelles, lors d'une conférence de presse commune avec le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso.

Poutine a rappelé le précédent de l'Iran, où les efforts pour y "imposer la démocratie" ont favorisé l'avènement d'un régime islamiste radical que l'Occident s'efforce aujourd'hui de contenir.

"Il n'y a pas si longtemps, nos partenaires ont milité activement pour des élections démocratiques honnêtes dans les territoires palestiniens", s'est-il aussi plu à rappeler.

"Merveilleux, bravo, les gars!" a ajouté Poutine avec une ironie grinçante, faisant allusion à la victoire des islamistes du Hamas au scrutin libre de 2006, que l'Occident n'attendait pas.

"Nonobstant les théories apaisantes tenant pour improbable l'arrivée au pouvoir de groupes radicaux en Afrique du Nord, si cela se produit, cela ne pourra pas ne pas faire tache d'huile dans d'autres régions du monde, dont le Caucase du nord", a-t-il encore prévenu.

 

Repost 0
Published by conscience politique - dans Immigration
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 21:08

  police%20emploi

Les agents de « POLE EMPLOI refusent de devenir de simples auxiliaires de police » indique mercredi un communiqué de presse de l’intersyndicale SUD-CGT-SNU. Exaspérés, les agents ont décidé de saisir le Tribunal administratif de Toulouse pour contester une note du directeur régional de Pôle Emploi.
Dans cette note du 7 janvier 2011, « il est fait obligation aux agents, dans le dos des demandeurs, de prendre copie de la pièce d’identité du demandeur et de procéder à un contrôle de l’authenticité au moyen d’une lampe UV » indiquent les requérant.

La goutte qui fait déborder le vase. Les agents considèrent en effet « que leur mission ne saurait être assimilée à une fonction policière dans le cadre de la « chasse aux étrangers ». »

Avec la mise en application de ces mesures, les agents POLE EMPLOI considèrent se trouver « confrontés à des problématiques inextricables et refusent de devenir de simples auxiliaires de police ».

 

 

Repost 0
Published by conscience politique - dans Immigration
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 12:57

14.000 personnes sont mortes aux frontières de l’Europe

PAR EROS SANA (14 FÉVRIER 2011)

De la manifestation contre l’Agence européenne Frontex, symbole de la militarisation de la lutte contre les migrations, à l’adoption d’une Charte mondiale, sur l’Ile de Gorée, les migrants ont fait entendre leurs voix au Forum social de Dakar. Inlassablement, ils ont rappelé l’insoutenable réalité : depuis 1988, plus de 14.000 migrants sont morts aux portes de l’Europe.

Marcel Amyeto a quitté la République démocratique du Congo pour des raisons politiques. Il s’est retrouvé au Maroc, où le Haut commissariat des réfugiés (HCR) lui a reconnu le statut de réfugié. En 2008 dans le cadre de ses études en audiovisuel, il décide de réaliser un documentaire sur le sort des migrants à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie. Sur la route qui le mène de Rabbat à Agadir, des policiers – qui interpellent systématiquement toute personne noire – le contrôlent et lui affirment que l’Etat marocain ne reconnaît pas la validité de son titre de réfugié.

Marcel est alors incarcéré plusieurs nuits dans la ville de Dakhla. Avant d’être expulsé. Non pas vers le Congo, cela coûterait trop cher à l’Etat marocain, mais vers le désert : dans une « zone neutre » qui ne relève ni de la juridiction marocaine ou mauritanienne. Cette zone, peuplée de contrebandiers et trafiquants, a d’ailleurs été rebaptisée « Kandahar », à l’instar de la région d’Afghanistan où règne les talibans.

Expulsé dans le désert

Cette zone est extrêmement dangereuse. En plus de la grande violence dont peuvent faire preuve les trafiquants, de nombreuses mines anti-personnel tapissent le sol. Durant les sept jours passés dans cette zone, Marcel a vu mourir une jeune femme nigériane et son enfant, tués par une mine. 14.921 migrants sont morts aux frontières de l’Europe depuis 1988. Dont 10.925 en Méditerranée et dans l’océan atlantique. Marcel Amyeto, lui, a survécu à son séjour à « Kandahar ». Il a pu revenir au Maroc, y faire reconnaître son statut de réfugié, et venir présenter son collectif d’associations de migrants au Forum social mondial de Dakar.

Ce 10 février, le jeune congolais et près de 400 autres participants ont entamé à Dakar une marche contre Frontex. Dans le cortège, une banderole reprend l’immense liste des 14.000 migrants morts aux frontières de l’Europe. Créée en 2004 pour gérer les frontières extérieures de l’Europe, l’agence Frontex est la cause de l’errance de Marcel Amyeto dans le désert, et de la mort de nombreux migrants qui y sont refoulés. Cette agence est censée être en charge de « la coopération opérationnelle entre les États membres en matière de gestion des frontières extérieures », former les garde‑frontières nationaux, et suivre les questions « présentant de l’intérêt pour le contrôle et la surveillance des frontières extérieures ».

Militarisation de la lutte contre les migrations

Mais Frontex ne se limite pas à « gérer les frontières extérieures » de l’Union européenne depuis les côtes européennes. Elle agit aussi depuis les côtes d’Afrique, et du Sénégal en particulier, avec lequel Frontex a signé un accord de « coopération ». Avec la collaboration des autorités sénégalaises, des navires « militaires » européens, agissant dans le cadre de Frontex, arraisonnent directement les embarcations de migrants. Avec, souvent des conséquences mortelles : des migrants meurent, se noient, disparaissent loin des regards.

Cette capacité de projection de Frontex au-delà des eaux européennes est rendue possible par ses immenses moyens : un budget de plus 88 millions d’euros en 2009, 21 avions, 25 hélicoptères et 113 navires armés. Un arsenal conséquent en comparaison de la marine sénégalaise, qui ne dispose que de 10 navires... « Combattre Frontex, c’est combattre la militarisation de la lutte contre les migrations et refuser que le Nord s’érige en forteresse qui dénie tous droits aux migrants », explique Mamadou Diop Thioune, président du Forum permanent de la pêche artisanale en Afrique. S’il s’implique dans cette mobilisation, c’est aussi parce que les navires de Frontex confondent souvent les barques des pêcheurs avec celles des migrants…

Une Charte mondiale des migrants

Les droits des migrants est l’une des questions majeures abordées au Forum social de Dakar. Du 3 au 4 février s’est tenue la Conférence mondiale des migrants, sur l’île de Gorée. Un lieu symbolique de l’esclavage, au large de Dakar, d’où partaient des navires européens remplis de femmes et d’hommes noirs, forcés à l’esclavage dans les Amériques. 300 participants ont adopté sur cette île une Charte mondiale des migrants. Issue d’un processus initié en 2006, cette charte proclame une série de droits en faveur des migrants. Elle réaffirme qu’ils « sont les cibles de politiques injustes », auxquelles il s’agit d’opposer le « droit à la liberté de circulation et d’installation » sur l’ensemble de la planète.

Jelloul Ben Hamida, coordinateur des travaux, rappelle l’opposition des organisations de migrants à « toutes formes de restrictions des déplacements » : aux visas et autres formalités administratives, mais aussi aux frontières elles-mêmes. Cette charte représente une innovation. Une preuve que la société civile est capable d’élaborer des propositions concrètes. Adoptée sous les applaudissements, la charte incarne le « rêve de Gorée » pour de nombreux migrants.

Un « passeport universel » pour tous les signataires ?

En dépit du symbole et de l’enthousiasme des participants, de nombreuses interrogations demeurent sur la portée de cette charte. Seules les « personnes migrantes » peuvent être signataires de la Charte, c’est-à-dire les personnes qui ont « quitté leur région ou pays, sous la contrainte ou leur plein gré, de façon permanente ou temporaire, pour une autre partie du monde ». Comment cette Charte peut-elle avoir un impact si elle n’est signée que par ceux qui sont directement victimes des politiques migratoires ? Pourquoi ne pas l’ouvrir à d’autres organisations ? Voire à des collectivités territoriales, comme cela a été demandé par des participants ? Comment établir un rapport de force avec les Etats, si seuls les migrants sont signataires ?

Mis à part la demande « de refonte de la conception de la territorialité et du système de gouvernance mondiale », peu de nouveaux droits sont proclamés. Il est regrettable que la Charte ne se prononce pas clairement sur la question des migrations écologiques. Alors que les crises climatique et énergétique, la perte de la biodiversité s’accélèrent et que le nombre de migrants écologiques devrait dépasser les 50 millions d’ici 2050. A la fin de la conférence, une proposition est faite pour donner plus de force à la Charte : chaque signataire pourrait disposer d’un « passeport universel ». Une façon pour les migrants de prouver qu’ils sont signataires de la Charte et de pouvoir invoquer, en cas de besoin, les droits mentionnés par cette Charte.

Repost 0
Published by conscience politique - dans Immigration
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 16:56

Gendarmerie (photod'illustration).Gendarmerie (photod'illustration). | MaxPPP

Dans leurs boîtes aux lettres, lundi matin, les habitants de Kirrwiller, dans le Bas-Rhin, ont trouvé un message de la gendarmerie. 

Un message invitant tout un chacun, dans un contexte de hausse des cambriolages, à signaler "toute personne d'apparence pays de l'Est."

Selon les DNA, cette note n'était pas destinée aux habitants, mais aux maires du canton de Hochfelden.

Depuis plusieurs semaines, les gendarmes de la communauté de brigades de Truchtersheim-Hochfelden font face à une recrudescence de cambriolages. Le plus souvent selon le même mode opératoire : l'après-midi ou en fin de journée, en brisant une vitre ou le barillet de la porte. Le plus souvent, aussi, de l'argent ou des bijoux sont dérobés.

Toujours selon les DNA, le commandant de la brigade a pris le taureau par les cornes, et adressé un mail à tous les maires du canton. Il les y invite à signaler aux gendarmes "tout comportement suspect d’individus étrangers à la commune, et plus particulièrement les personnes originaires des pays de l’Est et des Balkans (Roumains, Croates, Serbes, Bulgares, etc.)."

Avant de conclure : "Il faut nous signaler toute personne d’apparence pays de l’Est séjournant dans vos communes. Il ne faut pas avoir de crainte de déranger la gendarmerie, c’est uniquement de cette façon qu’on arrivera à enrayer le phénomène de cambriolages. Pensez aux victimes."

Ce que le commandant n'avait pas prévu, c'était que le maire de Kirrwiller, Patrice Dietler, qui, ne faisant pas partie du même canton, n'avait pourtant pas reçu le mail, le récupère et le fasse distribuer.

Interrogé par les DNA, le maire de Kirrwiller ne voit pas le problème : "On a remarqué que des camionnettes blanches circulent dans le village. Mieux vaut prévenir que guérir." 

Egalement contacté par les DNA, le commandant le groupement de gendarmerie du Bas-Rhin Patrick Touron répète que cette note ne devait pas tomber dans les mains des habitants. Et dénonce "la grande maladresse" du maire de Kirrwiller, d'autant plus "malheureuse" selon lui que leur souci est justement "de ne pas faire de discrimination." 

Et Patrick Touron d'insister : "Il y a une véritable pédagogie de la part de mes gendarmes à ne pas stigmatiser une population ou une catégorie de population."

Contactée par Le Post, une source gendarmerie dénonce "des propos inadaptés, choquants, qui troublent et sont en contradiction avec les valeurs de l'institution."

Dans un communiqué envoyé au Post, la gendarmerie nationale indique aussi que "prenant conscience de sa maladresse, le commandant de brigade a adressé le mercredi 9 février un message aux élus de sa circonscription, dans lequel il leur demande de considérer sa démarche comme inopportune soulignant qu'à aucun moment il n'a voulu stigmatiser une catégorie de population ou une nationalité en particulier."
Repost 0
Published by conscience politique - dans Immigration
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 10:14
Repost 0
Published by conscience politique - dans Immigration
commenter cet article