Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 12:13

Voila une mission pour le conseiller général

 

 Va t-il réagir ?

 

 ou va t-il les abondonner puisque

  

la majorité à votée FN ?

 

Faute de salle au sein même de leur quartier, les anciens du Pont-du-Leu s'expatrient avenue Blériot

mercredi 13.04.2011, 05:08  - La Voix du Nord

 À 91 et 88 ans, Marguerite Spicarolen et Emile Dezoteux, les aînés du jour, ont été mis à l'honneur.À 91 et 88 ans, Marguerite Spicarolen et Emile Dezoteux, les aînés du jour, ont été mis à l'honneur.

|  REVENDICATIONS |

À l'occasion dimanche du repas annuel des aînés du Pont-du-Leu, le sentiment d'abandon d'une partie de cette population ...

 

située au sud de la cité des Six-Bourgeois s'est invité au menu. La perte de la salle Cuvier qui accueillait jusqu'alors gracieusement ce rendez-vous orchestré par le comité des fêtes du quartier n'est certainement pas étrangère à cette exaspération, mise en évidence dans son mot d'accueil par Michèle Simplot, la présidente de l'association. « La ville est aujourd'hui propriétaire de la salle Cuvier. Des travaux seront réalisés à l'issue desquels la cuisine sera supprimée. Aujourd'hui pour assurer le repas des aînés, nous avons dû louer cette salle du foyer Michel-Ange auprès du CCAS ainsi qu'un bus pour y amener les aînés. Soit un surcoût de 300 E », regrette la présidente. Après un mot de bienvenue, Paula Marcq, adjointe à la vie des quartiers, s'est rendue auprès des convives qui n'ont pas manqué de souligner à l'élue « qu'il n'y avait rien dans leur quartier ».

Outre un lieu de rassemblement, il est ainsi pointé du doigt entre autres choses, l'absence d'un distributeur de billets et le fait aussi que le Vél'in n'y ait pas de station. L'adjointe reconnaît : « La ville est en effet propriétaire aujourd'hui de la salle Cuvier. Il était urgent d'y effectuer une mise en sécurité, notamment de l'en débarrasser de l'amiante. Il est vrai qu'aucune salle municipale n'est pourvue de cuisine. La salle Cuvier n'échappera à la règle. Quant aux revendications des habitants, il est évident que si on ne me sollicite pas, rien ne sera amélioré. Les personnes qui l'ont fait ont été satisfaites dans la mesure du possible. Ainsi au Pont du Leu, un trottoir a été rénové à la demande d'une habitante, une demande de réaménagement d'un autre trottoir et d'un passage protégé est à l'étude chemin des Régniers. Je me rends compte des problèmes du quartier, ma fille y habite. Je reste à l'écoute des habitants ».

Pour autant, il semblerait qu'aucune réunion de quartier ne soit à l'ordre du jour. Quant à la location de la salle auprès du CCAS pour accueillir ce repas dominical, Paula Marcq a invité les habitants à se rapprocher du service concerné. •

 

Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 11:49

Un peu normal puisque le directeur du Channel Francis Peduzzi fait parti des Ecolos

 

Europe Ecologie les Verts pour une vraie politique culturelle à Calais

« Le Channel est nécessaire »

mercredi 13.04.2011, 06:00

 

Les " Libertés de séjour ", qui cette année ont ouvert leurs portes à la Compagnie " La Machine " dirigée par François Delarozière, viennent de s'achever.




Europe Ecologie les Verts aimerait remercier le Channel pour ces deux semaines d'intensité artistique et culturelle.

" Culturelle " et " Channel ", la rime est lâchée. Dans le pitoyable feuilleton politico-médiatique de ce début d'année 2011 qui stigmatise le lieu Channel, l'argent qu'il a coûté, l'argent qu'il coûte encore, l'argent dont il a besoin pour fonctionner, l'argent dont il aurait besoin pour " Feux d'hiver " et que la ville préfère dilapider ailleurs, il est bon de rappeler que le Channel est nécessaire aux Calaisiens et à la ville de Calais. Preuve en sont les plus de cinquante mille spectateurs de Calais, de France et de l'étranger venus déambuler dans l'espace Channel ces quinze jours de folie, d'émotion, de plaisir... L'imaginaire est vital à chaque homme et le bonheur de se promener sur le dos d'une araignée en bois et métal de 10 mètres de haut n'est pas quantifiable.

Mais s'il faut parler d'argent, il faut savoir que ces festivités populaires (dans les deux sens du terme) n'ont pas coûté si cher à la ville de Calais : 0 euro de plus (aucune subvention supplémentaire aux 800 000 euros annuels qui sont de toutes façons attribués au Channel couvrant toute l'activité de l'année entière) pour recevoir quinze jours l'araignée de la Machine qui coûtera plus d'un million d'euros à la ville de Reims pour un week-end... Alors oui, le Channel coûte, mais surtout le Channel donne : il donne à voir, à entendre, à écouter, à lire, à rire, à pleurer, à frissonner, à admirer, à s'étonner, à réfléchir, à flâner, à rencontrer, à partager... La culture a un coût et c'est un choix politique de lui donner les moyens de se développer ou non dans une ville. Pour Europe Ecologie les Verts Calais, la culture n'est pas un luxe, mais elle apporte un souffle de vie et de liberté indispensable à tout citoyen. Que d'arguments à mettre en avant : touristiques, économiques, sociologiques, pédagogiques... La culture dans une ville attire les touristes nationaux et internationaux : ici à Calais, Belges, Anglais, Hollandais, Allemands se déplacent déjà au Channel ; la culture est créatrice d'emplois à condition qu'on la soutienne (l'association Relief a dernièrement dû licencier deux membres de son équipe) ; la culture attire une population intellectuelle active et imposable pour qui un cinéma d'art et essai, un théâtre, une salle de concerts sont de l'oxygène vital ; la culture crée du tissu social, réunit les différentes strates d'une ville lors de manifestations populaires comme les " Libertés de séjour " ou " Les Flâneries acoustiques " de Relief ; la culture éduque et développe les valeurs humanistes qui rendent un peuple tolérant et ouvert. Alors développons les moyens des structures culturelles pour de vrais projets culturels !

Si nous prenons la parole aujourd'hui pour dire merci encore une fois au Channel, pour sa manifestation hivernale " Entre les lignes ", pour ses " Libertés de séjour ", pour sa programmation éclectique tout au long de l'année, c'est parce que le Channel est un symbole, un lieu culturel qui doit batailler pour survivre face à une municipalité qui défend une non-politique culturelle, quand les autres structures culturelles existantes à Calais, moins solides, moins médiatiques, périclitent également : c'est en fait la place de la culture en général dans la ville qui est menacée. Triste constat. Ce que nous, Europe Ecologie les Verts, voulons défendre, c'est une offre culturelle plurielle et diversifiée, c'est l'imaginaire, le plaisir, l'émotion, la richesse d'une réflexion sur l'ici et l'ailleurs pour éloigner aussi les spectres du Front national. Nous devons nous enorgueillir de la chance de pouvoir profiter d'un lieu magique comme le Channel, plutôt que de le contrer, car il a encore montré en mars cette force qui consiste à proposer le rêve à tous, à un public étendu et varié, pour une somme dérisoire ou gratuitement, face à une symphonie mécanique ou une maquette de girafe... Il a également proposé une réflexion plus poussée à une salle du Passager comble venue écouter les quatre conférences de François Delarozière, qui suggère aux villes d'inviter les artistes à réfléchir avec elles, avec les architectes et les urbanistes, à l'aménagement des villes et des territoires. Les élus invités par Francis Peduzzi à participer à ces conférences ne se sont pas précipités (à l'exception d'Antoine Deguines et Marcel Pidou pour une conférence, et Yann Capet) ; nous, nous étions là à chaque fois et nous opinions du chef aux invitations de François Delarozière à mettre de la poésie dans le quotidien au moment où la municipalité entreprend la rénovation de Calais-Nord et axe essentiellement sa réflexion sur le nombre de places de parking, le nombre de dépose-minute et la largeur des trottoirs... Depuis le départ de Kumo, cette araignée géante, nouvelle légende dans la ville après les girafes, l'éléphant, les géants, nombre de Calaisiens se sentent attristés et orphelins. Il est à souhaiter que nous ne nous retrouverons pas un jour orphelins de culture dans une ville suffisamment morose, trop morose à notre goût.
Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 11:37

On nous a promis emplois tourisme social a tour de bras pendant les elections cantonales

comme a leur habitude chaque parti a distribué ses tracts regorgeant  de promesse qui ne seront toujours pas tenues ce local qui egayé le boulevard sera donc vide dorénavant comme les locaux loués par les partis politique en période d'election .Ils ont desertés et nous laisse dans le desert

Bravo au politique

Centre commercial 4B : un enterrement sans fleurs ni couronnes pour Monceau

mercredi 13.04.2011, 06:00

La liquidation a été prononcée par le tribunal de commerce de Boulogne hier en milieu d'après-midi.La liquidation a été prononcée par le tribunal de commerce de Boulogne hier en milieu d'après-midi.

 

La rumeur couvait depuis quelques mois déjà. C'est officiel depuis hier : Monceau Fleurs, qui venait de fêter ses cinq ans au sein du centre commercial des 4B, a baissé définitivement le rideau en milieu d'après-midi.


Une décision qu'a prise le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer plus tôt dans la journée.


« - 30% sur toutes les plantes ». Hier en début d'après-midi, la pancarte est collée sur la baie vitrée à l'entrée du fleuriste, installé à l'angle du boulevard Jacquard et de la rue Neuve. A l'intérieur de la boutique, d'autres affiches de ce genre annoncent les rabais. Sur les étals, les compositions et autres pots se raréfient. Seules les fleurs fraîches coupées et en bouquets, encore en nombre sur les présentoirs extérieurs, semblent vouloir cacher la réalité : celle de la fermeture définitive de l'établissement, cinq ans après son implantation en plein centre-ville.

Vers 16h30, la décision de fermer immédiatement le commerce est prononcée par le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer. Les employées s'éxécutent.

Ce que reproche le tribunal : des loyers impayés de la part de l'enseigne. « Nous n'étions plus en mesure de les payer, ils étaient beaucoup trop chers », explique Mélisa Merlin, la gérante du fleuriste.

Elle affirme que « le loyer mensuel à payer au bailleur était de 4 500 à 5 000 euros, charges locatives comprises. La surface du magasin était de 115 m², pour un tarif de 26 euros du mètre carré. A cela, il fallait ajouter les charges locatives ».

A la sortie du tribunal de Boulogne hier, Mélisa Merlin affirmait « s'attendre à une pareille issue. On savait très bien que la décision du tribunal n'allait pas jouer en notre faveur ». Une sorte de paradoxe, puisqu'elle aussi insiste sur le fait « que l'enseigne qui était ouverte sept jours sur sept fonctionnait bien. Cette liquidation est un vrai coup dur pour moi et mes employées ». Cinq personnes au total qui, du jour au lendemain se retrouvent sans emploi. « J'ai conscience que malgré les difficultés auxquelles nous avions à faire face, elles sont restées professionnelles. Jusqu'au bout ».

Franchisé indépendant, le magasin avait ouvert ses portes en février 2005. Comme d'autres gérants de boutiques du centre commercial, Mélisa Merlin pensait que « l'aventure des 4B aurait été bien meilleure ».
Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 23:46

Une pêche curieuse près de Gravelines

Vous avez dit bizarre ?

vendredi 25.03.2011, 06:00

Vous avez dit bizarre ?Vous avez dit bizarre ?

 

Encore une curiosité, allez-vous dire ? C'est que ce poisson n'est pas très connu dans la région ; pourtant, c'est un pêcheur en mer, client des établissements Louguet, qui l'a mis au sec entre Gravelines et Grand-Fort-Philippe.


Plusieurs noms lui ont déjà été attribués mais sans certitude.


Nous vous sollicitons donc, fidèles lecteurs de cette page hebdomadaire réservée à la pêche, pour que la lumière soit faite sur cette espèce. Les photos du poisson sont au magasin du boulevard Curie et Beverley se charge de collecter tous les renseignements qui pourraient identifier la " bête ".
Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 08:40

Un ressortissant tunisien, restaurateur à Calais, menacé d'expulsion

samedi 19.03.2011, 05:08  - La Voix du Nord

|  JUSTICE |

Farhat B. 43 ans, de nationalité tunisienne, installé en France depuis plus de 10 ans, exerçant la profession de restaurateur dans un commerce de Calais est sous le coup d'une expulsion du territoire français. ...

 

Pourquoi cet ancien gendarme tunisien, bien inséré, et s'est fait interpeller par les services de la police aux frontières le 7 mars ? Dans le courant de l'année 2009, un contrôle de routine dans son commerce amène à découvrir qu'il emploie du personnel en situation irrégulière et non déclarée. Jugé par le tribunal de Boulogne sur mer, il est reconnu coupable d'aide à l'immigration ainsi que de travail dissimulé. Pour ces infractions, il est avisé que sa carte de résident peut lui être retirée. Le 22 septembre dernier, le service des étrangers de la préfecture rédige un arrêté en ce sens. Huit jours plus tard, cet arrêté expédié en recommandé doit lui être notifié. Seulement, il a déménagé et les services postaux notent que le nom du destinataire ne figure pas sur la boite à lettres. Cet arrêté reste donc lettre morte jusqu'au 7 mars dernier, date de son interpellation.

Placé au centre de rétention, il est aussitôt dirigé sous escorte vers l'aéroport Charles-de-Gaulle. Il doit embarquer en direction de la Tunisie mais il refuse son expulsion. De retour dans les locaux du centre de rétention de Coquelles, il est avisé qu'il sera présenté à l'embarquement d'un prochain vol.

Reste à savoir si les procédures administratives et judiciaires sont conformes. Le substitut du procureur estime que oui. Il requière une peine de deux mois de prison avec placement en détention et interdiction définitive du territoire français.

Pour la défense, Me Deguines fait valoir que son client n'a jamais eu connaissance de la notification du retrait de sa carte de résident et que de ce fait on ne peut lui en tenir rigueur. Le tribunal demande aux services concernés un supplément d'information, renvoie la décision de cette affaire au 30 mai et dans l'attente, place le prévenu sous contrôle judiciaire. •

Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 08:05

candidatures éparpillées, façon puzzle

lundi 14.03.2011, 05:05

 Dans certains cantons, le choix pour les électeurs promet d'être compliqué. PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET

Dans six jours, les citoyens sont appelés aux urnes dans le cadre du premier tour des élections cantonales. Les habitants du Calaisis ont-ils déjà fait leur choix ? Pas sûr. D'autant que, s'ils n'ont pas suivi de manière assidue l'actualité locale et les fluctuations politiques de ces derniers mois, ils risquent d'être totalement perdus. 

Calais centre.- 

 

 

Sur la ligne de départ se présente également Laurent Lenoir au nom du MSDC(socialiste indépendant), le mouvement créé par Philippe Blet, ex-socialiste et premier adjoint de l'UMP Natacha Bouchart. Rappelons que Laurent Lenoir figurait sur le comité de soutien de Jacky Hénin (PC) en mars 2008. Malika Bouazzi, la suppléante de Laurent Lenoir, devait être dans un premier temps celle de Philippe Vasseur (PS), le conseiller général sortant, avant de lui faire faux bond. Philippe Vasseur, justement, pourra-t-il conserver son siège ? Pas certain, car il devra faire face à une forte concurrence à gauche : Patrick Allemand pour le PC-Front de gauche, Francis Gest pour Europe écologie. Et, plus inattendu, Charles François, ancien premier adjoint de Jacky Hénin, et ancien secrétaire de la section PS de Calais. Poste où il a été remplacé par Philippe Vasseur. Charles François se présente au nom de la « gauche démocratique ».

Calais sud-est.- Moins compliqué à décrypter que Calais-centre, ce canton est tout de même assez sympathique. Bernard Lelièvre, qui fait partie de la majorité municipale, est soutenu par l'UMP. Il n'a plus d'étiquette, après être passé notamment par le CNI. Souvenons-nous également que Bernard Lelièvre faisait jadis partie du Parti socialiste, et qu'il a été l'adjoint de Jean-Jacques Barthe (PC) dans les années 80. Soutenu par le maire de Calais, Bernard Lelièvre devra combattre le premier adjoint de Calais, Philippe Blet himself, qui se présente sous l'étiquette MSDC.

Philippe Blet, président de Cap Calaisis, aura en face de lui Laurent Laidez, employé de Cap Calaisis, et candidat du PRG. Le PS (Françoise Duvieubourg), Europe Écologie (Sylvie Biguet) et le PCF (Marcel Levaillant, sortant), complètent l'offre à gauche.

Calais nord-ouest.- Michel Hamy, le sortant sans étiquette, a reçu le soutien de l'UMP, qu'il a accepté du bout des lèvres. Sans doute le maire de Coquelles se souvient-il d'avoir dû faire face à l'UMP Claude Demassieux lors des dernières municipales ? Il a pris pour suppléante Maïté Friscourt, adjointe au maire de Calais. Un autre adjoint, Marcel Pidou, représente aussi la Ville de Calais, sous la bannière MSDC. Dans ce canton, la gauche est raisonnablement éparpillée, avec le PS (Teddy Lauby), le PC (Jacky Hénin) et les Verts (Christian Louchez).

 

Calais est.- Sans doute le canton où les neurones des électeurs seront le moins mis à l'épreuve. Seuls deux membres de la majorité calaisienne seront en concurrence, avec les adjoints Jean-Marc Leroy (Modem) et Thérèse-Marie Petit (UMP). Trois partis à gauche sont représentés avec le PS (Serge Peron), le PC (Claude Vanzavelberg) et les Verts (Valérie Robilliard). •

 

 

 

Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 08:00

Aucun élu aucun candidat ne parle du Fléau qu'est l'héroine ni de l'addiction a l'alcool des jeunes et moins jeune du Calaisis .

 

La femme battue par un conjoint alcoolique ou toxicaman qui en parle ?

 

Une jeunesse qui part s'éclater en Belgique pour mieux gober des pillules ou taper un peu de coke . qui en parle ?

 

Les soirées speed ,coke,extasy des bobos de Calais qui finissent quelques années plus tard  entiérement dépendant a l'héro suivit par un  traitement soit disant médical (méthadone) qui en parle ?

 

La mére de famille qui attend sa caf pour acheter sa dose qui en parle ?

 

Les enfants qui gobent par erreur un subutex ou autre gelule qui en parle ?

  

Les trafiquants qui montent chaque semaine à Anvers pour se ravitailler qui en parle ?

 

Les dealers en bas des immeubles qui en parle ?

 

Les Toxicomans érrant comme des Zombies dans les rayons des supermarchés ou dormant parfois a méme le sol sur les boulevards de Calais . qui en parle ?

 

La presse en parle ! mais pas eux!

  

 Est ce la faute des migrants ?

Mort d'un bébé l'alibi de la mére agréssée par des migrants



Un malaise social bien présent mais chut c'est les élections  !

 

 

Les faits divers devenus courant  

 

Deux d'entre eux ont été contrôlés rue du 29 Juillet


Trois Calaisiens vont être jugés pour trafic d'héroïne

samedi 05.03.2011, 06:00

25 g d'héroïne ont été retrouvés rue du 29-Juillet.25 g d'héroïne ont été retrouvés rue du 29-Juillet.

 

Le 3 mars, à 4h du matin, les policiers de la Bac ont contrôlé un homme, âgé de 26 ans, qui roulait sans permis, rue du 29 Juillet.


A ses côtés, sa compagne de 25 ans. Lors du contrôle, le jeune homme tente de se débarasser d'un sachet de 15g d'héroïne, mais en vain, car son geste a été remarqué par les policiers.


Durant leur interpellation, les deux jeunes reconnaissent être revenus d'Anvers. La jeune femme met les policiers sur la piste de son frère.



Il tente de fuir par 

la fenêtre 


Avec ce nouvel élément, les policiers se rendent au domicile du frère pour l'interpeller. Celui-ci tente de fuir par la fenêtre, mais il est interpellé juste après.

Dans sa fuite, il a jeté de l'héroïne dans les toilettes. Il a été placé en garde à vue. Lors d'une perquisition à son domicile, les policiers retrouvent 1 620 euros en liquide, 25 g d'héroïne près des toilettes, une balance et des sachets de conditionnement.

Tous les trois sont convoqués devant le TGI de Boulogne-sur-Mer le 24 mars 2011 pour usage, acquisition, détention, transport, importation et cession de drogues.


Elle est enceinte de 4 mois et était encore prête à tout pardonner à Kévin Thirard, un Calaisien âgé de 20 ans, présenté hier, en comparution immédiate, au tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer, pour y répondre de violences conjugales répétées.




Premier épisode en décembre 2010 où la jeune femme voit pointer sur sa tempe un pistolet d'alarme. Les faits sont reconnus : « J'avais sans doute bu et on s'est engueulé. On a dû péter un câble tous les deux ». La victime ne dépose pas plainte.

Nouvel épisode ce dimanche 27 février. Cette fois, la future maman est forcée de se réfugier chez l'épicier du coin. Le prévenu est parti jouer au football, comme habituellement, mais à 15 heures, il n'est toujours pas rentré. La jeune femme s'inquiète. Il n'est pas non plus chez ses parents. Elle le retrouve au café, totalement ivre. La situation déplaît au garçon qui se décrit lui-même comme « impulsif, violent et jaloux  ». Il veut qu'elle le laisse tranquille pour qu'il puisse continuer à boire. La victime est repoussée. Son vélo lui est arraché des mains. Elle reçoit une première gifle, puis une seconde qui la fait chuter au sol. Elle se rend en maternité, inquiète pour sa grossesse. Mais rien n'est à signaler. Le soir, à l'appartement, de nouvelles insultes, de nouvelles violences apparaissent. Au coup de genou dans le nez, succède un coup de poing dans la tête, puis encore un coup de genou dans le ventre « pour la faire crever car tu ne sauras pas t'en occuper ». Le couple attend en effet une petite fille.

Au tribunal, le prévenu est en demande de soins : « Vous êtes venu à un seul des rendez-vous. Ca sert à quoi ? », souligne la présidente. Lors de son interpellation, le prévenu présente un taux de près de deux grammes d'alcool pur par litre de sang !

Mais là encore, la victime vole à son secours : « Les convocations, il ne les a pas eues. Pourtant, Vous savez, il se bouge, à son âge.

Moi, je travaille, et lui cherche du boulot. Il ne veut être aidé par personne. Il ne veut pas profiter du système. Il fait tout ça sur des coups de colère.

On s'énerve à deux. Moi aussi, je me fâche parfois, mais on regrette de suite, tout le temps. Le but, c'est d'être heureux à trois... il doit se faire soigner 
 ».

Il ne faut pas attendre une éventuelle indulgence du Parquet malgré les propos sincères de la victime : « Ce sont 120 femmes par an qui décèdent sous les coups de leur mari ou de leur compagnon. Ce prévenu est violent habituellement... ». Il requiert trois ans de prison ferme.

« C'est pour faire crever le bébé. Phrase terrible, inimaginable dans la bouche de mon client, plaide Me Rangeon en défense.

Il n'est pas un homme dangereux. Et son meilleur avocat, c'est sa compagne. L'émotion passe entre eux. Le mettre en prison, c'est lui faire encore plus de mal, à cette future maman qui fait confiance à ce futur papa ».

Kévin Thirard écope de trois ans de prison ferme. Un précédent sursis est révoqué à hauteur de trois mois. Il est maintenu en détention.

Brigitte GOURRET  

 

 

 

 

  


Deux jeunes voleurs pris la main dans le sac

mardi 01.03.2011, 06:00

 

Le 10 décembre 2010, à Calais, un Calaisien de 18 ans, accompagné d'un ami mineur, s'attaque à un véhicule en stationnement, une Ford Escort.


Sa colonne de direction et son neiman sont dégradés.


Il est 23 h 50 ce jour-là quand la brigade anti-criminalité est alertée du manège du jeune duo par un riverain. Sur place, le véhicule a vu sa portière bien tordue. Et ce petit monde est affairé à démêler les fils du démarreur. Le prévenu trône aux côtés de la voiture, comme pour faire le guet.

Interpellé, le prévenu présente un taux de 1,54 gramme d'alcool pur par litre de sang et son comparse mineur un taux de 1,86 gramme d'alcool pur par litre de sang. Les faits sont immédiatement reconnus.



« Avoir bu n'excuse rien » 

Au tribunal, le prévenu constate : « On avait tous les deux beaucoup bu. On a eu l'idée de faire un tour en voiture...  ». « Et vous avez le permis de conduire ? Bien sûr que non, questionne et répond le président tout à la fois.

Et le propriétaire de la voiture, vous y avez pensé ? ».

Le magistrat s'agace : « Et puis, tenez-vous convenablement. On ne se vautre pas dans une enceinte judiciaire. Et ce que je vous dis, ça vous fait rire. Vous souriez benoîtement, aux anges... ».

Le prévenu poursuit : « On a choisi la voiture à deux, sans critère particulier ». Le duo a tout fait de concert.

En tout cas, le propriétaire de la voiture, privé de son bien, a dû aller aux Attaques à vélo, pour y passer ses examens.

« Le prévenu a été pris la main dans le sac, souligne la substitute. Il avait bu massivement. Et ce n'est jamais une excuse... ». Elle requiert une peine de prison avec sursis à condition d'effectuer un TIG de 105 heures dans le délai de 18 mois.

Après délibérations, le prévenu devra finalement effectuer un TIG de 70 heures dans le délai de 18 mois. A défaut d'exécuter ce travail, il encourt une peine de deux mois de prison ferme fixée par la juridiction. Il devra également s'acquitter des dommages et intérêts dus à la victime à hauteur de 700 euros.
Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 06:33

4 Carrefours market sans compter leur filliale Champion

 et encore une pizzéria bienvenu à Calais (12 pizzérias)

 

 toujours pas de Leclerc  mais un Pizza Hut et un carrefour city

 

quelle diversité    d'autres idées ?  Des baraques à Frites Youppi

 

Bienvenu chez les chtis biloutes  (Calais - Bergues) 50km

 

 



Esso disparaît de la rue Clemenceau, Carrefour et Pizza Hut prennent la place

jeudi 03.03.2011, 06:00

Créée en 1951 par André Delecluze, la station essence distribuait à l'origine du carburant sous la marque Shell. C'était en même temps une concession Simca.Créée en 1951 par André Delecluze, la station essence distribuait à l'origine du carburant sous la marque Shell. C'était en même temps une concession Simca.

 

La station Esso de la rue Clémenceau sera fermée au 31 mars. C'est la loi sur la vente d'alcool de 2009 qui a pénalisé la rentabilité de ce commerce.


L'ancienne partie atelier deviendra un Carrefour City et la partie alimentation-vidéo club un restaurant Pizza Hut.


La station Esso de la rue Clémenceau ne se contentait plus de puis longtemps de vendre du carburant. Outre son activité de garage automobile, la station s'était diversifiée vers la vente de produits alimentaires, y compris frais, et même dans la location de vidéos depuis une vingtaine d'années. Il y a plus d'un an, le garage a fermé. Le vidéoclub, là comme ailleurs, s'est mis à battre de l'aile avec l'essor du téléchargement illégal.



Plus d'alcool 
après 18 heures    ah oui et Apero net qui livre toute la soirée jusqu'au petit matin? et les Cash & Carry ?


C'est cependant à l'été 2009 qu'a été donné le coup de grâce, avec l'application de loi Bachelot sur la vente d'alcool. Cette loi interdit aux stations services de vendre de l'alcool entre 18 heures et 8 heures. Mauvaise nouvelle pour la station de la rue Clémenceau qui a la particularité d'être aussi un commerce de proximité situé en plein centre et fermant à 22 heures. Dans le détail, la loi interdit même aux stations services de vendre de la bière réfrigérée.

Avec l'enseigne Esso de la rue Clémenceau, c'est une sorte de dinosaure qui s'éteint : la station essence de centre ville. Un service de distribution dont le directeur et propriétaire, Philippe Delahousse, rappelle qu'il était parfaitement aux normes, et même au-delà : « Les cuves sont à double enveloppe, ce qui est obligatoire, mais les tuyaux également, alors que ce n'est pas exigé. » Pour autant, l'angle de la rue Clémenceau et du Quai de la Tamise ne perdra pas sa vocation de commerce de proximité. L'ancien atelier va devenir un Carrefour City. Les travaux ont commencé. La partie commerce d'alimentation et vidéoclub sera quant à elle transformée en restaurant rapide, confirme le propriétaire. Selon d'autres sources, il s'agit de l'enseigne Pizza Hut et l'établissement, - axé sur la livraison et la vente à emporter, sans service à table -, devrait ouvrir au début de l'été. Un autre Pizza Hut ouvrira en même temps à Boulogne-sur-mer.

Trois salariés sont touchés par la fermeture. L'une d'entre eux serait proche de la retraite, les deux autres devraient retrouver un emploi au futur Carrefour City, ce que confirme Philippe Delahousse.
Et les employés de transmarck qui s'en souvient ?          Certainement pas Serge Péron (ps)

Grégory FAUCQUEZ

 

 

 

Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 01:30

Quel programme !
Alexandre Van Kerkhove du Nouveau Centre s'est soit trompé d'élection, soit il est en avance de trois ans....
Pour les cantonales, parler de hausse des impôts locaux, de la destruction du patrimoine local, de la saleté de la ville, des emplacements réservés aux propriétaires et d'une gestion efficace des poubelles, c'est de l'escroquerie !
S'il est élu conseiller général, comment pourra-t-il agir sur ces dossiers ? En voila une bonne question...

Echos la voix du nord

 

 

L'ancien ministre de la Défense soutenait deux candidats calaisiens de son parti hier midi

vendredi 04.03.2011, 06:00

Alexandre Van Kerkhove, Hervé Morcrette et Hervé Morin.Alexandre Van Kerkhove, Hervé Morcrette et Hervé Morin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Hervé Morin, né le 17 août 1961 à Pont-Audemer (Eure), est un homme politique français.

Député de la 3e circonscription de l'Eure de 1998 à 2007 et président du Nouveau Centre depuis 2008, il est ministre de la Défense des deux premiers gouvernements de François Fillon. Il quitte le gouvernement le 14 novembre 2010, au moment de la nomination du gouvernement François Fillon III.

 

Venu soutenir ses deux candidats du Nouveau Centre, Hervé Morin, leader de ce parti politique, et ancien ministre de la Défense, était hier midi sur Calais.

La campagne présidentielle de 2012 n'est pas encore commencée. Mais l'homme discourt comme si c'était le cas. Venu soutenir les deux candidats Nouveau Centre qui se présentent aux élections cantonales sur Calais Centre (Alexandre Van Kerkhove) et sur Calais Nord-Ouest (Hervé Morcrette), Hervé Morin, ancien ministre de la Défense et chef de file du Nouveau Centre, s'est déplacé hier « sur ses terres », rappelant avec fierté ses origines « ancestrales » dans le Nord-Pas-de-Calais, notamment avec le Boulonnais : «  Mon patronyme est lié avec cette région », affirme-t-il avec fierté. En éludant rapidement le fait que, lors des législatives de 2007, il avait mis comme candidat dans des circonscriptions du département des membres de sa famille, et également son chauffeur du côté du bassin minier : « Il fallait remplir les caisses d'un parti naissant », déclare-t-il sobrement. Faisons du passé table rase. Priorité accordée d'abord au soutien des candidats calaisiens puis du Pas-de Calais, qui étaient venus en masse à l'hôtel des Dunes à Blériot-Plage hier à midi.

Ancien ministre de la Défense, débarqué de son poste par Nicolas Sarkozy, Président de la République, Hervé Morin est très remonté contre le pouvoir en place. Officiellement « pas en campagne » pour les élections présidentielles. « Mais presque ».

Rappel :
La campagne présidentielle de 2007

Très impliqué dans la campagne électorale pour la présidentielle de François Bayrou en 2007, il s'oppose à la stratégie de troisième voie de ce dernier après le premier tour1, et appelle à voter pour Nicolas Sarkozy.



« Nous avons les meilleurs candidats » c'est  Qui  ???? 


Le chef de file du Nouveau Centre pense déjà à l'échéance présidentielle de 2012, même si la prochaine échéance politique concerne pour le parti 50 cantons en France, dont deux sur Calais. Durant son passage dans la Cité des Six Bourgeois, il n'a pas cessé de critiquer la politique du Gouvernement, faisant référence « aux vacances d'une certaine ministre en Tunisie » à « l'accumulation des mandats d'un certain super-ministre », condamnant ce cumul des mandats mais reconnaissant toutefois qu'il n'est pas « un exemple sur ce sujet », lui qui exerce plusieurs fonctions « pour éviter que la Gauche ne prenne de l'emprise sur son secteur  ».  

(rappellons que Hervé Morin n'a quitté le gouvernement que fin 2010 longue très longue sa prise de conscience)
remercié par Nicolas Sarkosy certainement pas de son plein gré (probablement  le résultat d'un deal en 2007 sa nomination a la défense ) 
l'accumulation des mandats d'un certain super-ministre », Ah oui ?
   2010  Député de la 3e circonscription de l'Eure 
      Depuis mars 2001 : maire d'Épaignes

 

 

Mais pour Calais, Hervé Morin n'a aucun doute : « Nous avons les meilleurs candidats ». Le chef du Nouveau Centre ne prédit pas une victoire dans les cantons où Hervé Morcrette et Alexandre Van Kerkhove se présentent mais il affiche une grande confiance : «  On peut au moins battre les candidats de la majorité présidentielle ». Et le leader du Nouveau Centre, tout comme les deux candidats, de penser « réaliser de très bons scores dans leurs cantons ».

Entre le Modem et le Parti Radical de Jean-Louis Borloo, Hervé Morin sait où situer le Nouveau Centre : « Nous représentons l'extrême Centre. Le Centre neutre n'existe pas. Nous ne sommes ni de gauche ni de droite. Nous voulons incarner une nouvelle démocratie et apporter de nouvelles idées . Nous ne sommes pas un Centre où résident les Bisounours et où tout le monde s'aime. Nous avons connaissance de la réalité des choses et de ce monde ».
 
Le nouveau centre est un nouveau parti centriste imaginé par le Duo Sarko Morin  pour ratisser chez François Bayrou rien d'autre

  Afficher l'image en taille réelle

 

Hervé Morin à la droite de André Santini 

 

 

Pour ces élections cantonales, le Nouveau Centre repose pour le Calaisis sur « deux candidats de terrain ». Le Nouveau Centre mise sur quatre valeurs : « respect, humilité, écoute et surtout proximité ». Hervé Morin, tout comme les deux candidats calaisiens, insiste sur les « projets à mettre en place concernant la vie associative, les particuliers, les communes et les communautés de communes ». Mais l'ancien ministre n'oublie pas qu'il erre sur une terre où la question des migrants pose problème. Pour Hervé Morin, et ses deux candidats calaisiens du Nouveau Centre, le sujet est « avant tout une question européenne  ». Pour le parti centriste, c'est à « l'institution européenne de régler le problème » et Hervé Morin d'affirmer que « la ville de Calais, mais surtout la France, n'est pas en mesure de régler cette situation, notamment en raison des accords de Schengen ».
UMP FN PS de méche pour pourchasser les migrants   

Après le discours du leader du Nouveau Centre, Hervé Morcrette et Alexandre Van Kerkhove ont pris la parole. Les deux hommes ont tenu à parler de «  proximité » et « d'humanité », valeurs qu'ils souhaitent associer à leurs campagnes électorales, et ont raconté chacun leur parcours personnel et professionnel dans les cantons où ils se présentent : « Nous sommes confiants. Nous restons modestes sur nos chances de victoire mais déterminés à vouloir bien faire pour nos cantons », déclarent les deux candidats calaisiens. La visite d'Hervé Morin ne boostera certainement pas la popularité des deux candidats du Nouveau Centre mais nul doute que ce soutien leur apportera au moins crédibilité et confiance.

 


 

 Hervé Morin n'a aucun doute : « Nous avons les meilleurs candidats ». qui ne savent pas ce que sera leur mission !

Quel programme !
Alexandre Van Kerkhove du Nouveau Centre s'est soit trompé d'élection, soit il est en avance de trois ans....
Pour les cantonales, parler de hausse des impôts locaux, de la destruction du patrimoine local, de la saleté de la ville, des emplacements réservés aux propriétaires et d'une gestion efficace des poubelles, c'est de l'escroquerie !
S'il est élu conseiller général, comment pourra-t-il agir sur ces dossiers ? En voila une bonne question...

Echos la voix du nord

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 13:34

Salam « On en a assez de la pression policière »

jeudi 24.02.2011, 06:00
Les membres de Salam sont bien déterminés à aider coûte que coûte les migrants malgré les bâtons qu'on peut leur mettre dans les roues.Les membres de Salam sont bien déterminés à aider coûte que coûte les migrants malgré les bâtons qu'on peut leur mettre dans les roues.

 

Vendredi soir, l'association Salam tenait son assemblée générale au centre européen de séjour. Cette réunion donnait l'occasion à ses dirigeants de faire le point sur la situation des migrants et de fustiger le comportement oppressant de la police nationale.




La soirée commença par une bonne note pour les adhérents de Salam venus assister vendredi à l'assemblée générale, au centre européen de séjour : «  Tout le monde, y compris la municipalité, trouve que l'on fait du très bon travail », déclare Jean-Pierre Leclercq. Le président de l'association se félicite aussi de l'augmentation du nombre de bénévoles et également du versement d'une subvention de 3 000 euros pour l'achat de tapis de sol et de couvertures à l'occasion du Plan Grand froid.

Mais ce sera le seul moment de satisfaction. Car pour Jean-Pierre Leclercq et les membres de l'association Salam le savent, la situation est loin d'être réglée : « Le nombre de migrants arrivant sur le littoral continue à augmenter, poursuit le président de Salam. 

Les soulèvements populaires en Afrique du Nord et au Moyen Orient ne risquent pas d'arranger les choses. Il faudra s'attendre à un nouveau flux de migrants.

Mais qu'en faire ? Il nous faut continuer nos actions et les aider à vivre dignement
 ».

Le comportement des élus agace aussi les membres de l'association Salam. Même si les collectivités territoriales (mairie, Département, Région) ont augmenté de 8 000 euros la subvention allouée à l'association (48 672,87 euros), Jean-Pierre Leclercq regrette leur gestion des migrants : «  Le camp de Loon-Plage a fermé ses portes, la capacité de Tétéghem a sérieusement baissé et le squat Thélu de Calais va être rasé en septembre. Les choses n'ont pas changé mais on tente plutôt du côté des élus locaux et régionaux de déplacer le problème. Pour eux, il est nécessaire de s'occuper des migrants mais l'idéal serait que ça soit hors de son territoire ».

Mais ce qui fait fulminer le président de Salam et ses bénévoles, c'est le comportement oppressant des policiers de Calais. Jean-Pierre Leclercq constate une augmentation de la pression mise sur les épaules des migrants mais aussi sur celles des bénévoles : « On a de plus en plus de difficultés à leur venir en aide à cause d'eux. Chaque jour, ils sont devant les portes du lieu de distribution de repas pour contrôler ou arrêter des migrants, voire des bénévoles. En faisant cela, la police profane un sanctuaire. On en a assez de cette pression policière qui use le moral et le mental des migrants et de nos bénévoles. Tout ce qu'ils veulent, c'est instaurer un climat de peur afin de leur rendre la vie impossible, et les faire fuir ou les décourager de venir ou de revenir sur Calais ».

L'association Salam voit donc l'année 2011 sous un jour pessimiste. Mais elle reste déterminée à mener ses actions malgré certains bâtons que l'on peut lui mettre dans les roues.
Repost 0
Published by conscience politique - dans Vie locale Calaisis
commenter cet article