Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 08:24

 

Interrogée sur France 24, la ministre des affaires étrangères Michèle Alliot-Marie s'est à nouveau défendue, au lendemain de la révélation par le Nouvel Observateurde l'existence d'une deuxième vol effectué par la ministre à bord d'un jet privé, appartenant à un proche de l'ancien gouvernement tunisien, lors des vacances de fin d'année.

  

 michelle-alliot-marie-soutient-ben-ali-L-YGM1sz

  

 

 

 

Je n'ai jamais menti", explique la ministre. "Je me suis expliquée, j'ai démonté un à un tous les mensonges". Le fait que la ministre ait effectué un trajet en jet entre Tunis et Tabarka, à bord du jet privé de l'homme d'affaires tunisien Aziz Miled, un"ami de longue date" de Michèle Alliot-Marie et un proche du pouvoir tunisien, a provoqué une vive polémique. Jean-Marc Ayrault, le président du groupe PS à l'Assemblée, a appelé Nicolas Sarkozy à limoger sa ministre. "Si vous voulez donner un peu de confiance aux Français dans les institutions de la République, vous devriez changer votre ministre des Affaires étrangères", a-t-il déclaré sur France Info.

La polémique a rebondi ce samedi, lorsque la ministre a confirmé avoir utilisé une deuxième fois le jet privé d'Aziz Miled, pour une excursion dans le sud du pays, au cours de son séjour. "Cette fameuse excursion, c'est moi qui en ai parlé la première, il y a déjà cinq jours", s'est justifiée la ministre. Mme Alliot-Marie, qui s'était exprimée en milieu de semaine sur les plateaux de France 2 et de Canal +, avait en effet mentionné des excursions, mais sans préciser que pour l'une d'entre elle, elle avait à nouveau utilisé le jet, ce qu'elle a reconnu à l'antenne d'Europe 1, expliquant que la question du moyen de transport ne lui avait pas été posée :

La ministre dit aujourd'hui se rendre compte "que cela ait pu choquer certaines personnes, de bonne ou de mauvaise foi, et je le regrette profondément". Elle juge toutefois n'avoir "rien fait de répréhensible" : "[M. Miled] ne m'a jamais rien demandé."

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Scandales politique
commenter cet article

commentaires