Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 16:07

 

 

Le fils Khadafi refuse qu'une "poignée de terroristes contrôle une partie de la Libye"

 

Saïf Al-Islam Khadafi, l'un des fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, a affirmé vendredi 25 février, dans un entretien accordé à la chaine CNN-Türk, que sa famille resterait coûte que coûte en Libye, et a averti qu'elle ne permettrait pas à une "poignée de terroristes" de contrôler une partie du pays. Interrogé par un journaliste de la chaîne CNN-Türk sur un éventuel "plan B" de fuite envisagé par sa famille en cas de victoire des insurgés, Saïf Al-Islam a répondu: "Notre plan A, c'est de vivre en Libye et y mourir. Le plan B, c'est de vivre en Libye et y mourir", selon la traduction en turc de ses propos.

 

Le fils Kadhafi a admis la perte de contrôle de l'Est libyen, mais a assuré que les autorités libyennes reprendraient bientôt le contrôle de la région (suivez en direct les évènements en Libye). "Il y a plus deux millions d'habitants dans cette zone, le nombre de terroristes est de 200 ou 300 au maximum. Le peuple nous appelle (...) Nous ne pouvons pas permettre qu'une poignée de terroristes contrôle une partie de la Libye et sa population", a-t-il déclaré. Il a affirmé que les villes d'El Beida et de Derna étaient aux mains de "terroristes" qui ont établi "deux émirats islamiques, des Etats fantoches" tandis que Benghazi était en proie à un "chaos complet".

"VOUS POUVEZ VOUS PROMENER À TRIPOLI"

Saïf Al-Islam a également évoqué les cas de deux villes de l'ouest du pays : Musratha, la 3e ville du pays, située à 150 km à l'est de Tripoli, et Zawiyah, à 60 km à l'ouest de la capitale. Les insurgés, "peu nombreux" dans ces villes "ont volé des chars appartenant à l'armée, ils ont des armes, des mitrailleuses et des munitions", a-t-il déclaré, confirmant qu'ils avaient tenté vendredi de s'emparer de l'aéroport de Musratha. "Mais ils ont été repoussés", a-t-il ajouté. "Le sud et le centre sont sous notre contrôle. Il n'y a pas de problème, tout va bien (...) Tripoli et ses environs sont calmes, vous pouvez vous y promener", a-t-il par ailleurs assuré.

Interrogé sur le recours par Tripoli aux services de mercenaires africains, Saïf Al-Islam a démenti l'information: "Nous avons entendu cela sur une seule chaîne de télévision — Al Jazira. Tous les mensonges proviennnent de ce canal", a-t-il asséné avant d'inviter les médias internationaux à venir en Libye se rendre compte par eux-mêmes de la situation. Le fils du colonel Khadafi a fait état d'un bilan de 242 morts dans les violences, inférieur à un précédent bilan officiel de 300 morts. Il a également assuré que l'aviation n'avait mené aucun raid contre la population, mais avait pilonné trois dépôts d'armes pour éviter qu'ils ne tombent aux mains des rebelles

.

Il a enfin soutenu que les manifestations pacifiques et les revendications politiques n'étaient "pas un problème, elles sont acceptables", seule l'action de "groupes armés" étant illégitime. Il a également rejeté tout plan de destruction des infrastructures pétrolières du pays en cas de progression de l'insurrection. "Nous ne détruirons jamais le pétrole. Il appartient au peuple", a-t-il dit.

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Maghreb et Moyen-Orient
commenter cet article

commentaires