Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • Le blog de consciencepolitique.over-blog.com
  • : Présente une revue de presse, des dossiers et des liens sur l'actualité politique en France et dans le monde.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 15:23

Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn, en 2009. Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn, en 2009. | REUTERS

Jusqu'à présent, l'UMP était plutôt clémente avec le directeur du FMI, mais depuis ce week-end, les choses ont changé. Pourquoi ?

C'est Nicolas Sarkozy qui, le premier, a donné le ton des attaques contre DSK.

Et même s'il est acquis ce lundi matin que les attaques de l'UMP sont la conséquence de la petite phrase d'Anne Sinclair sortie le 10 février dans Le Point ("Je ne souhaite pas qu'il fasse un second mandat" à la tête du FMI), c'est bien le 24 janvier, lors de sa conférence de presse, que le Président a pour la première fois dévoilé l'angle d'attaque de l'UMP contre Dominique Strauss-Kahn :

"Nicolas Sarkozy avait lui-même souhaité que le leader socialiste continue d'exercer ses responsabilités actuelles à la tête de l'institution financière, de peur que la France laisse échapper cette fonction à un pays émergeant", rappelle Le Parisien.fr.

Exactement, ce qu'à expliqué dimanche, François Baroin :

"Je trouve que c’est très bien qu’un Français soit à la tête d’une grande institution internationale. C'est mieux pour l'image de la France que ce Français conserve son mandat jusqu'au bout. Puisqu'il a pris un engagement, qu'il le respecte."

Si on laisse de côté les provocations des "seconds couteaux de l'UMP" sur un Dominique Strauss-Kahn qui ne représenterait pas la France (il y a toujours plusieurs niveaux d'attaques dans une bonne stratégie politique et l'UMP ne fait jamais dans la dentelle), force est de constater que l'argument sérieux (repris au plus haut niveau) expliquant qu'il est toujours bon de respecter ses engagements surtout quand on représente la France à l'international est inattendu et plutôt bien trouvé (enfin pour ce qui me concerne). 

Ainsi l'UMP a commencé sa campagne contre le directeur du FMI un jour de janvier, le faisant passer en quelques jours de candidat fantasmé à adversaire désigné de Nicolas Sarkozy.

Mais justement, pourquoi et pourquoi à ce moment là ? 

C'est la question qui me trotte dans la tête...

J'ai lu que l'Elysée prétend que ce serait le meilleur candidat pour faire réélire Nicolas Sarkozy, contrairement à Martine Aubry ou François Hollande que le Président redouterait... 

J'ai lu l'inverse aussi : selon les partisans de DSK, l'Elysée serait terriblement fébrile et apeurée à l'idée d'une candidature du patron du FMI. 

La seule chose que l'on puisse vraiment constater, c'est que Nicolas Sarkozy a décidé de faire de Dominique Strauss-Kahn son adversaire préféré ou redouté (selon votre degré de sympathie pour le directeur du FMI).

Est-ce pour pousser Dominique Strauss-Kahn à l'erreur ? Pressé et attaqué, il pourrait lâcher la phrase trop significative au goût du FMI ?

Est-ce pour dégonfler un peu les sondages de l'oncle d'Amérique en le ramenant à de banales rivalités politiques qui rythment la vie des élus nationaux ?

Est-ce tout simplement pour Nicolas Sarkozy une façon d'accompagner sa recherche d'une "stature présidentielle" en se choisissant un adversaire à la dimension internationale ?

Je pense qu'il est impossible de savoir quelle personnalité peut le mieux mener une campagne présidentielle, tant cette dernière réserve des virages, des creux, des bosses aux candidats.

Inutile de rappeler le nombre de candidats gagnants aux sondages et perdants aux suffrages pour se convaincre que seule l'issue de la campagne révèlera le meilleur des candidats.

C'est pourquoi je me dis que si Nicolas Sarkozy (très au fait des retournement de situation lors des campagnes) a décidé que, pour l"heure, Dominique Strauss-Kahn est le candidat à combattre, ça n'est pas pour des raisons de facilités ou de difficultés à mener campagne contre DSK plutôt qu'un autre ; mais que cela tient plutôt à l'image que Nicolas Sarkozy entend se construire : un combat au dessus de la mêlé sans grand risque tant que le directeur du FMI sera en poste et donc comdamné au silence ?

Je me trompe peut être. A votre avis, pourquoi Nicolas Sarkozy choisit Dominique Strauss-Kahn et pourquoi maintenant ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by conscience politique - dans Economie
commenter cet article

commentaires